Sur un fil

twitter-fil

Il y a quelques jours, Julie me demandait pourquoi je passais autant de temps sur Twitter, l’intérêt de ce truc dont tout le monde parle mais que personne ne sait expliquer ?

Bien difficile de répondre sur l’utilité et le concept de Twitter (ce qui pourrait expliquer sa moindre popularité face à Facebook ?!). Son intérêt et ses possibilités sont tellement vastes…

Vous reprendrez bien un peu de café ?

J’écrivais cela il y a à peine plus d’un an :

Twitter est, sur le web, ni plus ni moins le café du coin […].

C’est exactement ça.

Twitter est un génial réseau où l’on découvre presque par hasard des personnalités intéressantes. Un clic pour « suivre ». Et une « amitié virtuelle » se développe (ou pas). Mais est-elle encore vraiment virtuelle quand on ressent un manque quand un contact disparaît quelques jours ? Que dire quant on arrive à s’inquiéter de lire entre les lignes que l’un d’entre eux a des soucis ?
Vu de l’extérieur cela paraît fou. Idiot pour certains. Juste parfaitement incompréhensible. Mais de l’intérieur, c’est une expérience enrichissante au quotidien. Revigorante.

Si loin mais si proches

Nous sommes presque tous à des centaines de kilomètres les uns des autres, mais si proches par nos échanges, nos centres d’intérêt et les découvertes qui se créent chaque jour.

Pas de likes ? I love it !

L’ambiance de ce café salon de thé bon enfant est un régal et très loin des réseaux sociaux qui cherchent à montrer, commenter, critiquer et échanger sans pousser plus loin qu’un clic sur un pouce levé.

Avec ou sans fil

Alors quand l’un d’entre eux demande à passer un coup de fil. C’est une sensation étrange.
Comment de courts messages échangés sur le réseau, un suivi depuis des années au travers des blogs et une image de l’autre construite au cours de courtes lectures pourraient donner quelque chose ? Que vais-je avoir à dire ? Que me veut-il ? Et s’il n’était pas celui que j’imagine ?

Le téléphone sonne. La voix au bout colle à l’image élaborée et retouchée par bribes dans mon esprit. La conversation s’enchaîne. Pourrait durer des heures.

Mais je sais qu’une fois raccroché le sans-fil, je le retrouverai au bout de mon autre fil. Vite.

Et maintenant, je sais que quand Julie va rentrer j’aurais encore plus à lui raconter sur Twitter et saurait mieux que jamais lui expliquer son vrai intérêt : se faire des amis. Des vrais.

Mais pas que…

Prenons une grande dose d’inspiration

apps-sociales

Flux RSS, réseaux sociaux, blogs, … Internet est une mine et cela n’est pas nouveau. Mais parmi tous ces réseaux sociaux, comment faire le tri et quelles sources privilégier ?
Rapide tour de mes ressources et de ma dernière redécouverte : Pinterest.

Flux Twitter & RSS

Actualité classique, news à tendance geek : rien ne remplacera Twitter et quelques flux RSS bien organisés. Pour les flux, il faut un peu de temps pour s’abonner à des perles repérées à force de les voir passer dans les sources existantes puis consciencieusement éliminer les agrégats redondants.
Les flux RSS sont la solution idéale pour zapper sans scrupules le long chargement des sites, les designs divers et variés et la publicité. Mes favoris ont été nettoyés et je ne fais depuis longtemps plus un tour quotidien des sites/blogs. Le kiosque à journaux moderne…

Twitter fait parfois doublon avec les flux des sites car les articles sont publiés des deux côtés mais le réseau de micro-blogging se révèle être une mine inépuisable de bêtises qui égayent la journée (watchmefall, Jean Cassette, Sixty Nine, etc), d’infos aussi inutiles qu’indispensables (Le Gorafi, The Verge), d’ouverture à la discussion avec d’excellents auteurs (Urbanbike, David Bosman), de requêtes auprès de développeurs d’applications (Day One, MPro, The Soulmen), et j’en passe.

Sans Twitter, est-ce que l’application MPro aurait eu (si vite) l’export Flickr que nous avons réclamé (entre autres) avec JCC ? Sans la présence de quelques marques comme la SNCF ou Orange, combien d’heures passées à résoudre un problème ?
Difficile à présenter et expliquer aux vétérans de l’informatique, Twitter est, sur le web, ni plus ni moins le café du coin où vous pouvez écouter ce qui se dit à toutes les tables et même intervenir sans être jeté.

Épinglé par Pinterest

Inscrit à l’ouverture du service Pinterest, je n’ai pas tout de suite accroché au concept. Sûrement par manque de lucidité / compréhension et par peur d’ajouter une nouvelle source de dispersion dans mon boulot ou ma "veille" quotidienne sur iPad.
Puis j’y suis retourné récemment. J’y a passé de longues minutes (pour ne pas avouer que cela se compte en heures…) à faire défiler des photos bourrées d’idées pour la maison, le jardin, le design… Bref, tout ce qui est visuel, peut accrocher l’œil, y est rangé (épinglé) méthodiquement dans toute une série de catégories diverses et variées.
Une idée pour aménager la cuisine ? Des solutions pour organiser le potager ? Des créations à faire avec / pour les enfants ? L’architecture de la maison de mes rêves ? Tout y est ou y sera…
Pinterest est un tableau de liège sans limites ou chaque cliché peut être épinglé et rangé pour y revenir plus tard, la pochette où je rangeais les coupures de journaux intéressantes qui n’avaient plus leur place sur mon tableau aimanté.
J’ai pensé un instant à un doublon avec l’application Evernote, mais pas complètement car j’accède au tableau de liège des autres et c’est la meilleure façon de constituer son tableau de chasse. Evernote garde (pour le moment) les pages intéressantes, les bouts de code qui me servent dans mon travail, etc.

Mon journal

Envie de créer un journal numérique pour rassembler toutes ces sources ?
Flipboard ou Zite permettent de créer un magazine virtuel (sur tablette ou smartphone) à partir de différentes sources sociales et de découvrir des "chaînes thématiques" où se perdre et trouver de nouvelles choses à partager, épingler, etc. Il lui manque d’ailleurs une vraie interaction avec Pinterest…

Facebook, au placard

Quand on parle réseau social, le commun des mortels répond immédiatement "Facebook". C’est le réseau que je visite le moins. Je n’y publie rien (sauf via l’interconnexion entre Twitter et mon compte Facebook) et je n’y vais que lorsque j’y reçois un message ou un commentaire.
Finis les passages inopinés où l’on se retrouve submergés de partages tous plus inintéressants les uns que les autres de bribes de "je raconte ma life et tout le monde s’en fout". Fini le concours aux nombre d’amis qui démontre que les connexions crées sont parfaitement virtuelles et très dispensables.
Je ne dis pas que je n’ai pas retrouvé quelques personnes perdues de vue, ce que je faisais autrefois grâce à Copains d’avant, mais cela ne va pas au-delà.

Facebook a remplacé les chaînes d’emails qui délivraient blagues peu drôles et présentations PowerPoint à rallonge. Tous les "si tu envoies cet email à XX amis" sont remplacés par "si… alors aime mon message", le partage serait devenu affectueux ?

En bref, mon intérêt pour Twitter se renforce aussi vite que mon désintérêt pour Facebook tandis que Pinterest vient de poser un grand pied dans mes sources d’information achevant par la même occasion mon envie de me réabonner à "Maison & Travaux" et autres magazines qui avaient encore mes faveurs (sans compter leur sévère augmentation de tarif dans l’application "LeKiosk"…).

Lisez, photographiez et partagez sans modération !

Inspired by Joel

twitterbird-wire

Récemment évoquées sur ce blog, les créations de Joel ont souvent pris vie à la maison, quittant le modèle numérique froid pour rejoindre les jeux et jouets de ma fille.

Mais désormais, ces idées ont rejoint à la fois la décoration de la maison et… un de mes dossiers clients !

Oiseau de fer

Pour le premier essai, j’ai commencé à battre le fil de fer en partant dans l’idée de suivre bêtement le modèle de Joel pour reproduire des ustensiles de cuisine. N’y arrivant pas vraiment, j’ai cherché une forme plus simple.

Mon choix s’est arrêté, un peu par hasard, sur le “Twitter Bird” illustrant l’icône de l’application éponyme sur mon iPad. Une rapide recherche Google Images m’a rapporté un visuel suffisamment grand et me voilà parti armé d’une pince et d’un bouchon de stylo (pour les courbes).

Twitter Bird, en fil de fer

Finalement, ce n’est pas si difficile à réaliser pour peu que l’on aie sous la main du fil de fer de bonne qualité et qui ne possède pas une trop grande mémoire de sa forme originale. Pour cet essai, j’ai travaillé avec du tire-fil métallique qui court dans les gaines électriques cannelées. Pas cher mais avec un aspect de surface pas terrible et surtout plutôt récalcitrant à se mettre “à plat” !
Détail du fil de fer

Depuis, j’ai amélioré ma technique avec toujours comme seuls outils une pince à bec long et plusieurs bouchons de stylos permettant de créer les différentes courbes. Ma dernière création en date : une poule (photos à venir) !

Paper country

Ma fille a eu le droit à toutes les évolutions de la “Paper City” de Joel, notamment l’édition “Paris”.

Quand il s’est agit de trouver une idée pour illustrer de façon originale les formations à l’éco-conduite d’une cliente sans acheter une photo déjà vue mille fois par ailleurs, j’ai immédiatement pensé aux dessins de Joel et me suis mis en tête de redessiner un bout de campagne.

Paper Country, inspiré par Joel Henriques

Après une heure avec un pinceau blanc sur un fond noir au bout du stylet de mon Intuos, j’avais esquissé exactement ce que je recherchais. Sans avoir proposé l’idée à ma cliente, j’y suis allé sur la pointe des pieds avant d’envoyer ma maquette, les doigts croisés : Enchantée.
Validé du premier coup. Merci Joel !

Nouveau site « Made by Joel »

Profitez-en pour découvrir la nouvelle version de son site parue hier et qui met en avant l’étendue de ses créations.

Twitter, 5 ans déjà

Alors que Facebook a soufflé ses 7 bougies d’existence, Twitter fête ses 5 ans.

Si les deux services sont complémentaires dans la galaxie des réseaux sociaux, le succès du dernier né n’a rien de comparable avec celui de son ainé. Twitter reste un outil obscur voire inutile pour bien des gens qui n’en comprennent pas l’intérêt.

Aujourd’hui, une infographie sur l’évolution du service qui atteint les 200 millions d’utilisateurs et 200 millions de tweets quotidiens.

Sources : Visual.ly via 2803.fr.

Facebook, Twitter, Flickr : pas si futiles

Mais que répondre quand les amis déplorent de ne pas vous trouver sur Facebook, comment expliquer à un client l’intérêt ou non du service sans en connaître plus que -sa barrière- son formulaire d’inscription ?

Alors voilà, en une semaine, je m’y suis mis. J’ai créé mon compte Facebook pour savoir d’où venait cet engouement général -et tester l’application iPhone éponyme-. J’ai ouvert mon canal Twitter pour comprendre comment et pourquoi l’oiseau bleu fait piailler le web. J’ai lancé ma galerie Flickr pour enfin publier toutes ces photos qui dorment au fond de mon catalogue Lightroom depuis tant d’années.

Facebook : inutile mais tellement indispensable

Après un premier tour du propriétaire, Facebook est pour moi un «Copains d’avant 2.0». A la pointe des technos web, simple et diablement efficace Facebook permet de recréer son réseau d’amis «traditionnel» en ligne, de retrouver des connaissances d’enfance ou de travail. Facebook a cette froideur toute «informatique» qui fait qu’on ajoute des amis pour le plaisir de voir grimper le compteur mais certainement pas pour leur parler. Tout le monde accepte les invitations de tout le monde, quel que soit l’historique des relations : le compteur gonfle mais finalement on parle à peu de monde. Les vrais contacts restent traditionnels et n’attendaient pas Facebook pour continuer leur histoire. Ce qui différencie fortement Facebook d’un site traditionnel comme Copains d’avant, c’est le côté exhibitionniste ou voyeur très en vogue qui incite chacun à annoncer dans son cercle ce qu’il fait, avec le risque d’en dire trop.

Facebook n’a pas cet aspect «réseau professionnel» auquel je m’attendais, contrairement à LinkedIn ou Viadeo, c’est juste une super-plateforme amicale et bien outillée.

Twitter : raconter sa vie au format SMS

A l’instar du «statut» que l’on gère au quotidien sur son profil Facebook, Twitter permet de poster découvertes ou réactions sur le vif avec un challenge : faire tenir l’info sur 140 caractères, URL comprise !

La comparaison avec le SMS s’arrête là car Twitter n’a aucunement la vocation d’entrer en contact avec les gens, mais de «parler tout seul» et voir si cela intéresse du monde. Le vrai tour de force des utilisateurs réside dans le fait que personne n’emploie de langage abrégé et parvient à tourner l’info de façon intelligible et intelligente.

En fonction des «tweets» que l’on suit, Twitter peut se révéler une mine d’or imprévisible : on ne cherche pas l’info, elle tombe et on la considère… ou pas.

Finalement agréable à utiliser pour passer un coup de gueule de temps en temps, publier des découvertes, le concept est un peu trop souvent gâché par ces «bots» qui publient le titre qui passe dans iTunes ou un lien à chaque publication d’un article dans un blog. Un filtrage de ce type d’infos serait le bienvenu !

Flickr : l’outil de «photoblogging» par excellence

Mais que fait Google ? Flickr est le type même d’applicaton que l’on imagine sortie des labos de Mountain View mais qui en fait nous vient de Yahoo !

D’une grande -austérité- simplicité, le service a l’énorme avantage de se lier à un nombre impressionnant d’applications et de services en entrée et en sortie : uploadez vos photos avec iPhoto, Lightroom ou votre iPhone, publiez-les sur votre blog ou votre compte Facebook et laissez les internautes les consulter de n’importe où.

La richesse de Flickr vient du fait que d’authentiques galeries d’art cotoient les albums familiaux, au beau milieu d’albums tous plus créatifs ou inutiles les uns que les autres.

Alors voilà, j’ai craqué et tous les jours je jette un oeil à mes pokes sur Facebook, j’ajoute quelques photos à ma galerie entre deux tweets !

Quelques compléments bien utiles

Même si ces outils web se suffisent à eux-même, il existe quantité d’outils complémentaires pour faciliter le «moblogging» ou tout simplement ne jamais déconnecter !

  • Facebook : mon choix se limite à l’application iPhone (disponible gratuitement sur l’App Store), simple et très agréable à utiliser.
  • Twitter : j’utilise Tweetie sur le Mac et l’iPhone, gratuits (avec de la pub pour le client Mac).
  • Flickr : j’ai retenu Jeffrey’s Export to Flickr pour Lightroom pour publier les meilleurs clichés de mon catalogue et MobileFotos sur iPhone pour poster mes photos quand je suis en vadrouille ou en télécharger avant de les installer en fond d’écran.

Et vous ?