Editorial, textes enrichis

editorial-ipad-workflows

Si je devais écouter Jean-Christophe et acheter chacune de ses applications recommandées pour écrire il me faudrait un second iPad. Alors je lis avec attention ses tests, ses astuces et garde pour plus tard quelques idées.

Largement déçu par les lourds problèmes de synchronisation (merci iCloud) de Daedalus Touch et alléché par les scripts, longuement testés là-bas, de Workflow, j’ai fini par craquer pour Editorial (5,99 €) dont il n’arrête pas de parler !

Plus que du texte

En écrivant pour ce blog ou MacPlus, je dois bien souvent enrichir mes textes de liens vers les applications, les sites, etc. Et c’est à cet instant qu’Editorial creuse l’écart.
En effet, plus besoin de jouer du multitâche un peu lent d’iOS entre le traitement de texte et Safari ni de faire des recherches manuelles sur l’App Store !

Pour les pages web, Editorial intègre (comme Daedalus Touch) un navigateur, accessible d’un simple glissement vers la gauche. Les recherches d’information ou les copier / coller de contenus n’en sont que plus efficaces.

Pour les liens vers l’App Store il faut se pencher sur les « workflows » qu’Editorial permet de créer ou d’importer.

Scriptez vos textes

Pour répondre à un besoin commun avec Jean-Christophe, j’ai donc développé un workflow tout bête qui, sur la base d’une sélection, va rechercher dans l’App Store, proposer les résultats et remplacer le nom de l’application par la syntaxe Markdown du lien, agrémentée du prix de l’application.

Programmation ou composition visuelle à partir d’actions prédéfinies, c’est vous qui vous choisissez, en fonction de l’envie, des besoins et des connaissances.

Comme pour Workflow, nul besoin d’être développeur pour imaginer ses propres scripts à même de décupler votre productivité. Editorial propose un site avec de nombreux scripts, que vous pouvez installer puis modifier à loisir.

Sources d’inspiration ou solutions pour se débloquer avec une programmation en Python peu évidente, les scripts créés par d’autres sont essentiels pour gagner du temps. Vous avez créé le script ultime ? Partagez-le, en privé ou en public !

Exemple de script pour l’App Store

Disponible ici, voici la méthodologie suivie pour créer le workflow Editorial présenté ci-dessus. Le script est écrit (et commenté) en anglais, langue unique de l’application, mais peut être traduit en quelques instants en modifiant les différentes actions.

Définir les variables

À modifier à l’installation du script et colorées en rouge, ces dernières permettent de « stocker » l’identifiant d’affilié et le pays de la boutique Apple ciblée.

1-variables-workflow-editorial

Demander à l’utilisateur

Pour rendre le script plus « intelligent » j’ai décidé de faire en sorte qu’il détecte si une sélection était faite (pour l’utiliser pour la recherche sur le Store) et, le cas échéant demande à l’utilisateur ce qu’il souhaite faire.

2-choisir-action-editorial

Il faut ensuite orienter la recherche (iBooks ou Apps) puis le type d’application (iPhone, iPad ou Mac) pour ne pas avoir une liste trop longue et difficile à consulter.

3-workflow-editorial-liste

À partir des variables fixées au début et des réponses au boîtes de dialogue, je construis l’URL de requête.

4-workflow-editorial-url-variables

Serpenter dans Python

Un script écrit en Python, emprunté au workflow « Get App Price » de Frederico Viticci pour effectuer la requête et construire la liste de résultats affichée ensuite.

5-workflow-editorial-script-python-itunes

Un second script pour décomposer le résultat sélectionné par l’utilisateur et préparer la sortie (variables utilisées pour composer la syntaxe Markdown finale).

6-python-workflow-editorial

Informer l’utilisateur

Cerise sur le gâteau, si le texte sélectionné est remplacé directement par le « lien amélioré », le lien est également copié dans le presse-papiers et l’utilisateur est informé de la fin de l’opération.

7-workflow-editorial-hud

Et voilà.

À votre tour

Vous pouvez consulter et télécharger ce workflow pour l’installer dans votre Editorial, le modifier et l’améliorer encore ! Version française ici.
Les fonctions et choix sont restés limités au strict minimum pour ne pas perdre le temps gagné sur le multitâche d’iOS dans les possibilités offertes à l’utilisateur.

À cet effet, je dispose également d’une version allégée (privée mais disponible ici) qui ne réalise les recherches que sur l’App Store.

Installation de l’extension Magento Lazzymonk Blog en français

Installation de Lazzymonk Blog

A l’instar des autres extensions, la procédure est assez simple : il suffit d’aller coller dans Magento Connect (à partir de l’administration de la boutique : Système, Magento Connect, Magento Connect Manager) la clé trouvée sur cette page et de valider.

Même si en théorie tout doit bien se passer, je fais une petite parenthèse car sous Magento 1.2.0, l’installation n’a pas fonctionné. J’ai dû pour cela modifier la clé en y ajoutant «-0.5.7″ (le numéro de version) à la fin et relancer l’installation.

Sans autre message d’erreur, il ne reste plus qu’à se déconnecter de l’administration puis se réidentifier afin de valider les changements (sous peine de ne pas avoir accès à certaines fonctionnalités du Blog).

Mise à jour de la traduction

Annoncée pour être disponible nativement dans 4 langues, il reste encore quelques coquilles qui gâchent un peu la localisation de l’extension (problème connu).

Au menu, il faut retoucher les modèles, mettre à jour le fichier de localisation et mettre les mains dans le cambouis pour aller modifier certains libellés au sein de l’extension (ex: «Read More», «Older / Newer Posts»).

Afin de vous faciliter la tache (sinon à quoi bon faire un article) et en attendant une solution «officielle», voici le mode d’emploi et les fichiers (compressés) à télécharger. _Pensez à sauvegarder les fichiers et dossiers que je vous invite à remplacer, par exemple en les renommant. L’opération n’affecte pas la fonctionnalité de l’extension mais seulement des libellés de traduction._

  1. Remplacer le fichier de locale «Monk_Blog.csv» situé dans @app/locale/fr_FR/@ (Monk_Blog-csv.zip, 4 Ko)
  2. Remplacer le dossier des modèles de blog du thème «Default» situé dans @app/design/frontend/default/template/@ (Monk_Blog-Default-template.zip, 8 Ko)
  3. Remplacer le dossier des modèles de blog du thème «Modern» situé dans @app/design/frontend/default/template/@ (Monk_Blog-Modern-template.zip, 8 Ko)
  4. Remplacer les fichiers «Blog.php» et «Cat.php» situés dans @app/code/community/Monk/Blog/Block/@ (Monk_Blog-phpBlocks.zip, 4 Ko)

Et voilà ! Vous pouvez désormais passer à la configuration de votre blog (dans Système, rubrique Blog) et commencez votre activité de blogging !

Station météo LaCrosse WS2355 sur Mac

Le plus difficile aura sûrement été de trouver les mots-clé à même de produire des résultats pertinents et de faire le tri. J’ai donc fini par dénicher pas moins de 3 applications fonctionnant sur Mac et compatible (entre autres) avec ma station «La Crosse Technology WS 2355» : Lightsoft Weather Center, Weather Display et http://www.wviewweather.com/wview.

Comparatif abandonné

Trop content d’avoir trouvé autant de solutions, je m’aprrêtais alors à faire un petit comparatif. C’était sans compter sur le fait que je n’ai pas réussi à faire fonctionner Weather Display (plantages permanents au lancement) ni trouvé le courage de suivre la complexe procédure de mise en place de wview…

Je vais alors m’arrêter à un aperçu du logiciel Lightsoft Weather Center.

Problèmes de connexion

La rédaction de l’article est en standby car mon adaptateur Série – USB refuse la communication entre le Mac et la Station !

Sauvegarder les configurations réseau MacOS X

Grâce aux préférences réseau de MacOS X vous avez créé de nombreuses configurations (nommées « locations » selon la mauvaise localisation du système) et vous souhaitez les sauvegarder pour les réinstaller plus tard : inutile de chercher dans le dossier Préférences de votre utilisateur ni dans l’habituel dossier Application Support ! Apple a choisi de bien le cacher, et il vous faudra jouer de la ligne de commande pour faire cette sauvegarde !

Lançons le Terminal (dans le dossier Applications/Utilitaires) pour copier le fichier de configuration à un endroit pratique en entrant :

cp /Library/Preferences/SystemConfiguration/preferences.plist /Volumes/monDisque

Remplacez « monDisque » par le nom du volume où vous voulez copier le fichier. Pour allez plus vite, entrez les premières lettres du nom de volume ou de dossier et appuyez sur la touche Tabulation pour activer l’autocomplétion.

L’opération est instantanée, vous devriez voir apparaître un fichier preferences.plist sur le volume de destination. Il ne reste plus qu’à le placer à l’endroit de votre choix ou à le transférer sur la machine de destination.

Pour remettre en place les configurations réseaux ainsi sauvegardées, nous allons encore devoir taper quelques lignes de code.
Mettons que vous avez copié le fichier preferences.plist dans le dossier « Configurations » de votre clé USB nommée « USB_Drive » :

sudo cp /Volumes/USB_Drive/Configurations/preferences.plist /Library/Preferences/SystemConfiguration/

Remplacez le nom de volume ou de dossier par ceux de votre choix. Utilisez l’autocomplétion (touche Tabulation) pour vérifier la validité du chemin.

Enfin, pour terminer il faut modifier les droits du fichier pour que MacOS X y accède :

sudo chown root:admin /Library/Preferences/SystemConfiguration/preferences.plist

Tapez votre mot de passe et validez. L’opération est terminée !

Il ne vous reste plus qu’à vérifier que tout s’est bien déroulé dans les Préférences réseau.

Faciliter la réinstallation de logiciels avec MacOS X

Apple PackageMaker

Avant d’aller plus loin, assurez-vous que vous avez installé les outils développeur Apple. Ceux-ci se trouvent sur le disque d’installation de xCode, ou sur un des disques de restauration.

Pour les étourdis, il est toujours possible de le télécharger gratuitement la dernière version (xCode Tools 1.5) en s’enregistrant sur le site Apple Developper Connection (372.4 Mo).

L’outil qui nous intéresse est PackageMaker, situé dans le dossier ⁄Developper/Applications/Utilities.

Les logiciels que nous pourrons inclure dans le package doivent être de ceux qui ne requièrent pas le lancement d’un installeur mais un simple « glisser/déposer ». Heureusement, cela concerne la majorité…

Dans un premier temps, nous allons centraliser dans un dossier les logiciels à inclure dans le pack. Par la suite, il peut être pratique de conserver ce dossier pour pouvoir y mettre à jour les logiciels et le package facilement.

Les 5 onglets qui constituent l’essentiel de l’application donnent accès à toutes les options de création du pakage. Prenons le temps de les regarder un par un :

Description du package

Le premier onglet premet d’insérer les informations sur le contenu du package et sur son utilisation. Vous pouvez spécifier un numéro de version. Pour la version j’utilise la règle commune majeur/mineur. ex: Package 1.2 (Majeur : 1, Mineur : 2). Je change le majeur quand je modifie profondément le package (ajout ou suppression de fichiers) et le mineur simplement lorsque je mets à jour l’un des composants.

Apple PackageMaker : Onglet 1
Onglet Description : Titre, Version, et Description : à vous la plume…

Les fichiers

On peut difficilement faire plus simple : un champ pour saisir l’adresse du dossier contenant les éléments et une case à cocher pour activer ou non la compression du package.

Gain de place avec la compression

Même si la compression allonge un peu la création du package, elle permet un gain de place sensible… Dans l’exemple ci-contre, le dossier contient 46 applications pour un total avant compression d’environ 176 Mo et 64 Mo après compression !

Apple PackageMaker : Onglet 2
Onglet Files : sélection du dossier qui composera le package.

Ressources supplémentaires

Il ne faut pas toujours se fier aux apparences : cet onglet cache d’énormes possibilités. Cela permet de spécifier un dossier contenant diverses ressources externes telles que des fichiers de localisation, des scripts, ou autres… (voir plus loin)

Apple PackageMaker : Onglet 3
Onglet Resources : localisez le package ou ajoutez des scripts de configuration.

Inforrmations et options d’installation

Le titre de l’onglet n’est pas très évovateur mais c’est ici que l’on choisi le dossier où doit se décompresser le package, le redémarrage, les autorisations, et quelques options pratiques.

(Apple PackageMaker : Onglet 4
Onglet Info : toutes les options d’installation.

Version

Dernière étape avant de lancer la création du package : compléter le nom, la version et les informations affichées lors d’un « Pomme + I ».

Apple PackageMaker : Onglet 5
Onglet Version : informations de version du paquet

Création du package

Création du package Voilà, c’est prêt… il ne reste plus qu’à lancer la création du package (raccourci : « Pomme + K »).

Dans certains cas, on peut obtenir un message demandant s’il faut séparer les ressources. En répondant non (« Don’t split ») je n’ai rencontré aucun problème.

Séparation des ressources

Fichiers de package

La création du package dure quelques minutes pendant lesquelles le système compresse les fichiers et y intègre les différentes informations. Une fois ce traitement terminé, je vous conseille de sauvegarder les paramètres du package pour pouvoir le mettre à jour simplement. Il suffira alors de remplacer / ajouter / supprimer les fichiers du dossier et de relancer la création.

Traitement des fichiers