Messages, messagerie vraiment instantanée

Avec le concept des iMessages Apple a commencé à faire un pas vers une façon de communiquer facilement avec sa tribu en offrant la possibilité d’envoyer des messages entre tous les appareils pommés dans la nature.

Une seule app pour les contacter tous

Très pratique au quotidien avec la possibilité d’envoyer à peu près tout (et surtout n’importe quoi) comme des images, des documents, de la musique, etc… l’application Messages a sérieusement entamé mon utilisation de Skype et Adium.
Il est vraiment plus pratique de n’avoir qu’une seule application comme centre de communication que de devoir s’attacher à installer tel ou telle application de messagerie instantanée sur tous ses appareils, de faire bien attention à ce que celle-ci soit lancée et que le statut soit bien “Online”.

Avec Messages, je ne dis pas adieu à ma tranquillité (le mode “Ne pas déranger” suffit à faire taire le bruit des notifications) mais je reste joignable à peu près partout où le réseau me couvre.

Encore plus (ou)vert

L’arrivée imminente d’OS X “Yosemite” pour tous, Apple ouvre encore plus son application au monde extérieur en laissant éclater les bulles vertes parmi les bleues sur les Mac et iPad. Ces bulles vertes sont le signe que vous pouvez envoyer et recevoir des messages textes (SMS) avec tout possesseur de téléphone mobile (pas forcément “smart” — je parle du téléphone !) quel que soit le terminal Apple utilisé.

Cela se fait en deux étapes, à répéter pour chaque appareil concerné.
Rendez-vous dans les “Réglages” de l’iPhone, puis dans “Messages” pour activer le “Transfert de SMS”. Choisissez l’ appareil que vous souhaitez autoriser (il doit être connecté au même compte iCloud et à portée du même réseau Wi-Fi) :

transfert-messages-ios8

Puis consultez l’iPad…

code-messages-ipad

ou le Mac y lire le code que l’iPhone vous demande.

code-messages-mac

Autre chose ? Non, c’est terminé, vous recevrez donc vos SMS où vous voulez, à condition que l’iPhone soit dans la zone de couverture Wi-Fi.

Voilà qui va un peu plus enterrer mes autres outils de messagerie instantanée, au profit d‘une centralisation bienvenue et d’un meilleur confort de frappe pour les longues réponses !

Note : dans le même esprit, mais par le biais de FaceTime cette fois, vous pouvez appeler et répondre aux appels reçus sur l’iPhone à partir du Mac… ou de l’iPad !

PopClip : menu contextuel à tout faire

popclip

Il m’arrive régulièrement d’avoir des transformations de textes à faire lorsque je réalise des intégrations pour mes clients telles que “passer des noms en majuscules”, “ajouter une capitale à un mot”, etc.

Jusqu’à maintenant, je me reposais (bêtement) sur un copier / coller dans TextMate et les raccourcis Ctrl +U et consorts. Pratique mais parfois assez fastidieux. Repensant à un tweet de Nicolas , je me suis empressé d’aller tester PopClip.

En promo à 1,79€ en ce moment, le test a été transformé en achat compulsif immédiat !

Le principe est simple : dès qu’une sélection est réalisée au pointeur, PopClip affiche un léger menu contextuel qui peut être agrémenté par de très nombreuses extensions.

La force des extensions

De base, les possibilités sont limitées à : Couper, Copier, Coller, Rechercher (sur le web), Afficher dans le finder, Utiliser l’adresse (pour envoyer un email) et Dictionnaire.

Si les options activées par défaut peuvent sembler amplement suffisantes pour apprécier PopClip, j’ai fini par en désactiver la majorité au profit d’une sélection d’extensions adaptées à mes besoins.

Hors de question de lister toutes les extensions disponibles tellement elles sont nombreuses ! Mais il est couru d’avance que tout le monde pourra y trouver l’outil de ses rêves.

Les catégories sont nombreuses :

  • Édition de texte : coller sans mise en forme, mettre en forme, coller avec retour à la ligne, etc
  • Transformation de texte : convertir en capitales ou minuscules, ajouter des guillemets, remplacer les espaces par des tirets, etc.
  • Statistiques de texte : comptage du nombre de mots ou de caractères
  • Traduction : via Google translate directe ou sur le site

Je vais m’arrêter là (le reste est sur leur site) car on trouve de tout, pour les applications et les utilisations les plus courantes, de l’utilisateur de base au développeur !

Sans compter que « chacun » peut créer ses propres extensions, et pas mal de développeurs en ont créé d’autres non listées sur le site (au chapitre « Useful Links ») !

Sélection de pointe

Revenons à l’application en elle-même. Une fois installée, elle prend la forme d’une icône dans la barre de menus d’OS X pour jouer sur les réglages et d’un menu contextuel affiché à chaque sélection de texte (réalisée à la souris exclusivement).

Les réglages sont réduits au strict minimum, on peut soit activer / désactiver PopClip soit utiliser un des 5 onglets proposés :

  • Le premier permet d’activer le lancement au démarrage, afficher ou non l’icône dans la barre des menus et quitter l’application.
    popclip-onglet-1
  • Le second règle l’apparence (taille du menu contextuel) et la langue du dictionnaire pour la correction (pratique pour moi avec toutes mes machines en anglais).
    popclip-onglet-2
  • Le troisième donne accès aux extensions installées pour les activer/désactiver, les réorganiser, les supprimer et changer leurs paramètres.
    popclip-onglet-3b
  • Le quatrième propose d’exclure des applications pour lesquelles on ne souhaite pas que PopClip fasse irruption.
    popclip-onglet-4
  • Le dernier onglet ne sert qu’à accéder au support (site, email, twitter) de l’application ou à lui donner une note sur l’App Store.
    popclip-onglet-5

Au quotidien

PopClip apparaît donc automatiquement à chaque fois qu’une sélection de texte est faite et les éléments disponibles dépendent du contenu : lien, texte brut, etc. C’est très bien fait et cela limite fortement la taille du menu si vous avez installé un grand nombre d’extensions.

Texte brut sélectionné :

popclip-selection-lien

Adresse web sélectionnée, l’extension « Pocket » apparaît :

popclip-selection

Si vous sélectionnez un mot que le dictionnaire d’OS X considère comme mal orthographié, PopClip propose les différentes orthographes possibles ainsi qu’une flèche pour revenir aux autres options / extensions.

popclip-correction

Lorsque l’on place son curseur sans sélectionner quoi que ce soit, le menu n’apparaît pas mais un second clic (au même endroit) fera apparaître les options liées à l’action coller comme le “collage sans mise en forme”. Très pratique lorsque l’on travaille dans un traitement de texte !

popclip-coller

PopClip sait se montrer intelligent si vous sélectionnez du texte et qu’il ne peut effectuer le remplacement immédiatement (dans une page web par exemple), l’action est exécutée et placée dans le presse-papiers pour une utilisation ultérieure.

popclip-copier-web

Presse-papiers en danger et autres manquements

L’application a un important défaut : pour faire son travail de remplacement, elle copie le contenu sélectionné à transformer dans le presse-papiers puis le colle. Mais si vous aviez des informations dans le presse-papiers à utiliser plus tard, elles sont perdues !

Suivant les applications, j’ai constaté que parfois il m’était impossible d’appeler le menu (notamment pour utiliser les fonction de “collage sans mise en forme”).

N’utilisant qu’assez peu la souris (enfin le trackpad, ça fait plus de deux ans que les souris ont été refilées aux chats enfants), il manque un raccourci pour appeler PopClip lorsque je réalise mes sélections au clavier.

Vite indispensable

Passée la surprise de voir apparaître un menu noir à chaque cliquer / glisser dans les textes, PopClip se révèle autant indispensable que TextExpander pour gagner en productivité.

Il manque encore à l’application de corriger les quelques défauts cités plus haut et y ajouter une synchronisation de la configuration pour être encore plus performante, mais rien de rédhibitoire.

Mes extensions

Chacun fera son marché dans la longue liste d’extensions proposées, voici ma sélection, adaptée à mes besoins :

popclip-onglet-3b

  • Parcel : ajouter un numéro de colis à l’excellente application de suivi de livraison (disponible sur iOS et OS X).
  • Uppercase, Lowercase et Capitalize : pour mettre à jour la casse de mon texte.
  • Hyphenate : remplacer les espaces par des tirets (façon URLs « SEO friendly »).
  • Things : ajouter une nouvelle tâche dans la liste des choses à faire (de nombreuses autres applications de gestion de tâches sont disponibles !).
  • Tweetbot : tweeter en un clic ou presque.
  • TextExpander : rapidement créer un “extrait”.
  • Quotes : pour ajouter des guillemets à sa sélection, type de guillemets paramétrable !
  • Pocket : ajouter une adresse à l’application pour lire plus tard.
  • Markdown : convertir instantanément la syntaxe Markdown en HTML. Indispensable !
  • Paste =: coller du contenu sans mise en forme. Parfois plus pratique que le raccourci à quatre doigts (Commande + Option + Maj + V) d’OS X.
  • Sort : classer une liste de texte brut.

Reeder pour Mac

reeder-mac

Je ne lis l’actualité qu’au travers de quelques (rares) apps, Twitter et des flux RSS. Depuis l’arrivée de l’iPad j’ai presque arrêté de lire les flux RSS sur mon Mac afin de ne pas trop mélanger outil de travail et outil d’information. Je préfère consulter les informations sur un iPad dans un fauteuil (dans mon bureau) que derrière l’écran de mon Mac. Autre activité, autre installation, autre confort…

Bref, Reeder est depuis sa sortie mon seul et unique outil de lecture de RSS (hormis une brève période de transition avec Feedly en attendant sa mise à jour lors de l’arrêt du service Google Reader). C’est un outil très léger, agréable à l’oeil et à l’usage avec ses nombreux gestes et services de synchronisation et de partage.
Le seul inconvénient de Reeder, à l’instar de Things, c’est le délai de mises à jour et la réactivité de son développeur… mais, encore une fois comme pour le génial gestionnaire de tâches de Cultured Code, l’attente est toujours récompensée !

La beta de Reeder est donc enfin disponible : indispensable !

Reeder pour Mac à la sauce iOS

La précédente version de Reeder pour Mac était très proche de la version iPad et celle-ci suit la même ligne. De toute façon, pourquoi dérouter l’utilisateur et changer quelque chose qui fonctionne ?
Cette fois, on va un peu plus loin car dès le lancement, lors de la création du compte on découvre une interface à la sauce iOS dans les préférences :

reeder-account

Une fois le compte créé parmi les services Feedbin, Feedly, Feed Wrangler et Fever pour la synchronisation ou un simple compte local sans synchro, place à la découverte !

En manque de gestes

Lancé, affiché en plein écran, Reeder pour Mac ressemble à s’y méprendre à son petit frère sous iOS.

reeder

Deux doigts qui glissent vers la droite. Je vois apparaître la liste des comptes ajoutés.

reeder-geste-comptes

Un tap sur l’article. Je glisse deux doigts vers la gauche. L’article original apparaît.

reeder-geste-article

Je glisse vers la droite sur le titre de l’article. Rien. Vers la gauche. Rien. Trois doigts. Pas mieux.

Reeder ne supporte que deux gestes au trackpad (en plus du défilement vertical) : voir la liste des comptes et voir l’article original. Pour marquer un article comme lu/non lu ou l’envoyer vers un service de lecture différée, il faut passer par les raccourcis clavier.

Services limités pour la beta

Un petit tour dans les préférences pour ajouter mon service de lecture différée favori : Pocket . Nouvelle déception : il n’y est pas.

reeder-article-services

Safari, Liste de lecture, Twitter, Facebook et les classiques services de l’OS (email, message), en attendant la suite promise par le message en rouge :

More services will be added in later betas.

Version minimisée et mobile

En poursuivant le tour des préférences, j’aperçois une option pour qu’en mode « minimal », Reeder pourrait afficher la version mobile des sites visités.

reeder-mobile-version

Excellente idée pour faciliter la lecture et ne pas ouvrir l’article dans le navigateur.

Je bascule alors en mode « minimal » pour tester. L’affichage se limite à deux colonnes : dossiers et articles.

reeder-minimized-feed

Un tap sur l’article :

reeder-minimized-article

Et un glissement vers la gauche pour ouvrir le site. Théoriquement la version mobile…

reeder-minimized-site

Soit Reeder n’envoie pas d’en-tête de navigateur mobile, soit il n’aime mon site favori mais je n’accède pas à la version mobile. À tester de façon plus extensive et à suivre avec les prochaines betas !

Reeder, fidèle à lui-même

Même si les gestes auxquels je suis habitué sur mes terminaux iOS manquent, Reeder pour Mac est d’ores et déjà une parfaite copie à tous les niveaux.

Déjà stable. À tester sans attendre. D’autant plus pour ceux qui ne connaissent pas !

À suivre, plus que jamais…