Flash test : Snowboard Party2, le nez dans la poudre

snowboard-party-2

Quand je vois un jeu avec des achats intégrés à base de « paquets de pièces » j’ai plutôt tendance à passer à autre chose. Mais en étant trop sectaire, on rate parfois quelques bonnes surprises et Snowboard Party 2 en fait partie.

snowboard-party1

Une planche, des clous, de la poudreuse et des tonnes de tricks à sortir sur des pistes somme toutes assez variées. Il n’en faut pas beaucoup plus pour penser à la série des SSX sur laquelle Electronic Arts semble avoir définitivement fait une croix, quel que soit le support.

Free, Pipe, Big et Course

Pour tout juste 2 euros, le jeu est plutôt généreux en matière de modes de jeu : Freestyle, Halfpipe, Big Air et Course… Le tout en solo ou multijoueur.

snowboard-party-piste

Si en plus je vous dis que le jeu est compatible avec les manettes MFi et « gratuitement » disponible sur l’Apple TV une fois acheté sur iPhone / iPad, il y a de bonnes chances que vous soyez, comme moi, tenté par un rail de poudreuse.

SSX en légèrement moins fun

Pour ma part, SSX a toujours été ma référence dans le domaine du snowboard sur console : pas de la simulation mais de quoi bien s’éclater avec des figures plus improbables les unes que les autres pour grapiller du boost. Snowboard Party 2 n’y fait pas exception avec des bosses dans tous les coins pour faire perdre de la vitesse à sauter comme un kangourou ou gagner du turbo en enchaînant les tricks….

snowboard-party-air

Exit l’univers coloré de SSX mais des décors plus sobres, des circuits plus classiques mais pas ennuyeux pour autant. Ceux qui n’aimaient pas le côté décalé de SSX qui avait tendance à nous perdre « en plein champ », retrouveront des pistes bien balisées et peinturlurées pour être sûr de ne pas rater un virage.

snowboard-party-multi

Niveau difficulté, Snowboard Party 2 est assez bien équilibré et la présence d’objectifs (associés aux points d’expérience) pour débloquer de nouveaux environnements permet de progresser tout en acquérant les différentes figures imposées (en plus d’un tutoriel bien fichu).

Des améliorations qui ne coûtent pas trop cher

Qui dit achats intégrés dit souvent une progression sacrément handicapée pour celui qui n’est pas prêt à verser régulièrement sa dîme à l’éditeur du jeu. Là encore, Snowboard Party 2 s’en sort plutôt bien car il ne faudra pas refaire les courses 100 fois pour débloquer la suivante.

Si vous améliorez intelligemment votre personnage et vos équipements au fur et à mesure, et que vous ne mangez pas la poudreuse à chaque tournant, les choses devraient vite se débloquer.

Snowboard Party 2 express

Ce que j’aime

  • Des graphismes épatants
  • De nombreux modes de jeu
  • Une difficulté bien dosée
  • Des achats intégrés non pénalisants

Ce que j’aime moins

  • La validation des drapeaux un peu stricte
  • Le multijoueur online aléatoire
  • L’absence de synchro iCloud entre appareils

En bref

Avec la musique bien rock en fond, une manette en main (idéalement), Snowboard Party 2 peut se targuer d’être un des meilleurs jeux de glisse sur iOS et Apple TV. Les achats intégrés sont loin de gâcher le plaisir et le ticket d’entrée de deux euros reste raisonnable en regard de la durée de vie du jeu.

Commandos en carton

v-commandos

Comme je l’illustre en ce moment avec la série « MacPlus Week-end » les jeux de société peuvent trouver une alternative numérique de qualité mais… l’inverse est rare…

Triton Noir se lance dans la création du jeu de société « V-Commandos » portage assez net des jeux de la série « Commandos ».

Pionnier des jeux d’infiltration, Commandos est sans aucun doute le jeu auquel j’ai le plus joué, toutes plateformes confondues et les détails de ce projet Kickstarter mettent l’eau à la bouche !

bf5e8fd53e5499e4697cf85291230ce8_large

Les dessins sont splendides, la mécanique de jeu est très bien pensée et les éléments très nombreux, non sans rappeler le jeu PC original aux plus nostalgiques. Sans compter les extensions qui apportent de nouveaux éléments de jeu ainsi que de nouveaux objectifs !

Si vous êtes joueur, vous pouvez même télécharger le kit de démo à imprimer pour y goûter !

Si vous aimez, soutenez le projet à partir de 8 euros… il reste un mois seulement ! En tout cas, « je V-Commander ce jeu » !

Grrr… Voilà que maintenant j’ai envie de fouiller mes cartons pour tenter de réinstaller Commandos sur mon Mac…

Source : l’indispensable Philibert

iPad : jeux en société sur un plateau

ipad-jeux-plateau

Hors de mes trop nombreux jeux sur console, je joue assez rarement sur iPad et, jusqu’il y a peu, encore moins avec de vrais jeux de société. Mais sous la pression de Julie et d’Arnaud, je m’y suis mis et j’ai fini par y prendre plaisir.

Loin de moi l’idée de vouloir faire un « Top 10 des jeux de société sur iPad », voici ma sélection et mon avis très personnel sur quelques découvertes.

Jouer sur une tablette permet d‘économiser le temps de mise en place et de faire une partie rapide et, pour la plupart des jeux présentés ici, de découvrir d’autres modes de jeu et extensions possibles.

Les jeux de société sur iPad constituent aussi un excellent moyen d’apprendre les règles au cours d’un tutoriel moins rébarbatif que la lecture d’un bout de papier parfois mal traduit et/ou mal organisé.

Pour à peine 30 euros (45 € avec TOUS les achats intégrés !), voici donc 7 jeux de société à (re)découvrir sur iPad ou à ressortir des placards : Take it easy, Conquist 2, Ticket to ride, Monopoly, Monopoly Millionnaire, L’île interdite et Pandémie !

Take it easy

Contre exemple de ce que j’ai expliqué en introduction, Take it easy est un jeu de société auquel j’ai beaucoup joué étant jeune et que j’ai pris plaisir à retrouver sur mon iPad.
Le principe est simple : tirer des pièces au hasard et les placer sur son plateau de jeu pour compléter des lignes de chiffres et marquer le plus de points.

L’interface colorée du jeu est simple et pratique et les modes de jeu proposés sont nombreux aussi bien en mode solo qu’en mode multijoueur.

Take it easy, en images

L’écran d’accueil :
take-it-easy-accueil

L’aide du jeu : une seule bulle. Aussi simple que sont les règles…
take-it-easy-aide

Les modes de jeu disponibles :
take-it-easy-modes

Les possibilités de jeu multijoueur :
take-it-easy-joueurs

Le plateau de jeu, simpliste :
take-it-easy-plateau

Take it easy, en bref

  • En français : oui.
  • Modes de jeu : solo et multijoueur.
  • Types de parties multijoueur : « passe et joue » et en ligne (via Game Center, avec adversaires choisis ou aléatoires).
  • Nombre de participants : 2 à 4 en multijoueur.
  • Règles : bulles d’aide illustrées.
  • Prix : 1,99 €
  • Achats intégrés : non.

Take it easy sur l’AppStore.

Conquist 2

Son nom n’y fait pas référence mais Conquist n’est ni plus ni moins qu’un dérivé du jeu de conquête « Risk ». Nombreux sont les jeux inspirés par Risk sur l’AppStore, mais Conquist est intéressant par le grand nombre de modes de jeu (Domination du monde, Mission secrète, Colonistion et Châteaux) et le choix parmi 8 plateaux de jeu.

Pour ne rien gâcher, Conquist arbore un design moderne, une ambiance sonore unique et plein de raffinements (rotation automatique de l’écran en mode « passe et joue », statistiques de jeu, sauvegardes de parties, etc).

À noter : Conquist 2 est également disponible sur le Mac AppStore !

Conquist 2, en images

L’écran d’accueil du jeu et ses nombreux choix :
conquist-accueil

Les règles de jeu, très complètes mais pas très imagées…
conquist-regles

Les différents plateaux et modes de jeu proposés :
conquist-solo

Le paramétrage du mode multijoueur :
conquist-joueurs

Le plateau de jeu :
conquist-plateau

Conquist 2, en bref

  • En français : oui.
  • Modes de jeu : solo et multijoueur.
  • Types de parties multijoueur : « pass et joue » et en ligne (via Game Center, avec adversaires choisis ou aléatoires).
  • Nombre de participants : 2 à 6 en solo et multijoueur avec participation de l’IA.
  • Règles : détaillées, non illustrées.
  • Prix : 2,69 €
  • Achats intégrés : non.

Conquist 2 sur l’AppStore.

Ticket to ride / Les aventuriers du rail

Premier jeu de société « physique » que j’ai abandonné pour ses règles peu claires, je me suis laissé tenté par la version iPad qui m’a donné envie d’y (re)jouer au travers d’un tutoriel simple, efficace et très complet.

Vendu en boîte sous le titre « Les aventuriers du rail », Ticket to ride consiste en une carte (États-Unis, Europe, Asie ou Suisse) sur laquelle les villes doivent être reliées par le rail. Les objectifs (itinéraires à « tracer ») sont choisis parmi une sélection tirée au sort pour chacun et les capitales sont à connecter avec plus ou moins de cartes « wagon » d’une couleur et d’un type spécifique. Les différentes cartes (à acquérir par achats intégrés) n’offrent pas que de nouveaux lieux à découvrir mais des règles bien différentes.

Ticket to ride est très bien conçu avec son ambiance un brin rétro et propose tous les modes de jeux envisageables avec une ou plusieurs tablettes et une intelligence artificielle au niveau plutôt relevé.

Pour moi l’un des meilleurs de la sélection !

Ticket to ride, en images

L’écran d’accueil, ambiance rétro :
ticket-to-ride-accueil

Le sommaire de l’aide : une section par extension / plateau :
ticket-to-ride-aide

Les règles de jeu, complètes mais pas très lisibles :
ticket-to-ride-regles

Le plateau de jeu :
ticket-to-ride-plateau

Ticket to ride, en bref

  • En français : oui.
  • Modes de jeu : solo et multijoueur.
  • Types de parties multijoueur : « passe et joue », réseau local et en ligne avec adversaires aléatoires.
  • Nombre de participants : 2 à 5 en solo et multijoueur avec participation de l’IA.
  • Règles : tutoriel interactif et textes illustrés.
  • Prix : 5,99 €
  • Achats intégrés : cartes supplémentaires : Europe (4,49 €), USA 1910 (0,89€), Suisse (3,59 €), Asie (3,59 €).

Ticket to ride sur l’AppStore.

Monopoly

Classique parmi les classiques, Monopoly est un incontournable des jeux de société. Il existe sur iPad à peu près autant de déclinaisons qu’il n’en existe en version boîte, avec un intérêt variable pour chaque.

Même si édité par Electronic Arts, spécialiste pour ruiner l’expérience de jeu et empêcher les autres de créer des alternatives, la version iPad n’est pas si désagréable. À défaut de mieux.

À la manière de Nintendo et de ses « Mario Party », Monopoly « bénéficie » d’animations 3D illustrant les phases de jeu. Sympathiques une fois, mais vite énervantes (sans compter la perte de temps), ces cinématiques peuvent être désactivées.
Il est très plaisant de pouvoir modifier légèrement les règles pour retrouver des choses que l’on m’a toujours apprises mais qui n’ont jamais fait partie des règles de base (ex: la case Parc Gratuit n’est pas une zone où l’on paie et récupère les amendes !).

Monopoly, en images

L’écran d’accueil :
monoply-accueil

Le plateau de jeu :
monoply-plateau

Monopoly, en bref

  • En français : oui.
  • Modes de jeu : solo et multijoueur.
  • Types de parties multijoueur : « passe et joue », réseau local (WiFi ou Bleutooth).
  • Nombre de participants : 2 à 4 en solo et multijoueur avec participation de l’IA.
  • Règles : didacticiel interactif.
  • Prix : 5,99 €
  • Achats intégrés : non.

Monopoly sur l’AppStore.

Monopoly Millionnaire

J’avais dit que je ne listerai pas tous les dérivés mais celui-ci, gratuit, offre une excellente alternative pour jouer rapidement : on ne cherche plus à éliminer tous les adversaires, il faut être le premier à atteindre le million. Le million, le million !
Du coup la stratégie de jeu est fortement modifiée, tous les coups sont permis et les parties vite expédiées.

Déjà qu’Electronic Arts n’est pas un spécialiste des interfaces simples et épurées, Monopoly Millionnaire pousse le bouchon un peu loin avec une ambiance tellement bling-bling qu’elle en devient peu lisible…

Monopoly Millionnaire, en images

Le plateau de jeu :
monoply-millionnaire-plateau

L’écran d’accueil :
monoply-millionnaire-accueil

Monopoly Millionnaire, en bref

  • En français : oui.
  • Modes de jeu : solo et multijoueur.
  • Types de parties multijoueur : « passe et joue », réseau local (WiFi).
  • Nombre de participants : 2 à 4 en solo et multijoueur avec participation de l’IA.
  • Règles : détaillées, non illustrées.
  • Prix : 4,49 €
  • Achats intégrés : non.

Monopoly Millionnaire sur l’AppStore.

L’île interdite

Une inondation menace les tuiles qui composent le plateau de jeu et il faut collecter les trésors en renflouant au mieux les terrains et en associant les compétences spécifiques de chaque participant.

L’île interdite est un type de jeu à part entière car par son principe collaboratif, il ne peut ni se jouer seul ni en réseau. L’iPad devient de fait un « vrai » plateau de jeu autour duquel tout le monde se retrouve. Autant laisser l’iPad mini de côté pour le coup.

En achat intégré, l’île interdite propose différentes dispositions de jeu de départ qui m’ont permis de les appliquer au jeu physique pour pimenter les parties entre amis.

L’île interdite, en images

L’écran d’accueil :
ile-interdite-accueil

Les règles du jeu, joliment illustrées :
ile-interdide-regles

Le paramétrage des joueurs :
ile-interdide-joueurs

Le plateau de jeu, pas assez vaste :
ile-interdite-plateau

L’île interdite, en bref

  • En français : oui.
  • Modes de jeu : multijoueur coopératif.
  • Types de parties multijoueur : plateau et « passe et joue ».
  • Nombre de participants : 2 à 4.
  • Règles : tutoriel interactif et textes illustrés.
  • Prix : 4,49 €
  • Achats intégrés : îles supplémentaires (0,89 €).

L’île interdite sur l’AppStore.

Pandemic (Pandémie)

Plusieurs épidémies contaminent les capitales de notre monde et se répandent à grande vitesse. À l’instar de l’île interdite, il faut collaborer et associer les compétences de chacun pour éradiquer le mal et se jouer des tirages de cartes qui accélèrent la propagation entre les continents.

Disponible en anglais uniquement, Pandémie est un jeu particulièrement stratégique et les parties ne sont pas faciles à remporter.

La réalisation est moderne mais le « plateau » de jeu (unique) est chargé et plus agréable à jouer sur un grand écran. Un seul achat intégré permet d’ajouter de nouveaux rôles et événements qui pimentent un peu plus les parties.

Pandemic, en images

L’écran d’accueil :
pandemic-accueil

Le sommaire de l’aide du jeu :
pandemic-aide

Les règles, en anglais, pas illustrées mais détaillées :
pandemic-regles

Le paramétrage des joueurs :
pandemic-joueurs

Le plateau de jeu, un peu trop chargé :
pandemic-plateau

Pandemic, en bref

  • En français : non.
  • Modes de jeu : multijoueur coopératif.
  • Types de parties multijoueur : « passe et joue ».
  • Nombre de participants : 2 à 4.
  • Règles : tutoriel interactif et textes non illustrés.
  • Prix : 5,99 €
  • Achats intégrés : pack de « rôles et événements » (1,79 €).

Pandemic sur l’AppStore.

Soyez joueurs !

Les jeux de société développés sur iPad ne sont pas légion mais la plupart des portages rendent largement honneur au jeu original et permettent de découvrir à peu de frais certains des meilleurs jeux de plateau.
La tablette en tant que plateau de jeu ne remplacera jamais une vraie partie entre amis ou en famille, mais sera utile dans bien des cas : tester à moindre frais, apprendre le jeu et s’améliorer, jouer à distance ou sans avoir emmené le jeu, etc.

Il y en a pour tous les goûts !

Points à la Lyne

lyne-game

Avec plus d’une dizaine de consoles de jeux à la maison, je ne suis pas un gros joueur sous iOS car je trouve de meilleurs usages à mes iPhone et iPad, sauf quand le “gameplay” s’y prête et que les parties ne sont pas trop “engageantes”.

Selon ces critères, j’ai découvert un peu par hasard, via l’excellent Metacritic, le jeu LYNE de Thomas Bowker.

Puzzles, vers l’infini et au-delà

Le concept est simplissime : relier les formes (ou couleurs) en traçant des lignes qui ne peuvent se croiser et qui, en fonction des « connecteurs », ne peuvent passer que 2, 3 ou 4 fois par le même point. Parfois plusieurs solutions, parfois une seule.

lyne-b25

Certains puzzles sont particulièrement retors et d’autres bien plus évidents mais c’est ce qui fait le charme du jeu : gameplay simple, un peu de réflexion et on arrête quand on veut y arrive ! Aussi reposant qu’énervant.

Des collections de 25 puzzles, nommées de A à P… sans compter les séries « DAILY » à télécharger chaque jour, débloquées dès que l’on atteint la collection « C ». Sur ces bases, le nombre de puzzles à résoudre tend vers l’infini.

Simple mais un peu trop dépouillé

2,69 € : pas de publicités, pas d’achats intégrés et une application universelle mais malgré tout avec un gros défaut : pas de synchronisation des parties… Impossible de reprendre son avancement en changeant de terminal, le comble pour une application universelle ! A suivre lors d’une prochaine mise à jour ?

Quid des scores ? Comment défier ses amis ? Pas essentiel, mais toujours intéressant pour mettre du piment et relancer l’addiction…

Contrairement à l’excellent Threes!, plagié sur le web sous le nom de 2048, Lyne reste une exclusivité pour smartphones et tablettes sous iOS, Android ou Windows Phone.

Pour les plus coincés, mes solutions pour les niveaux de Lyne !

Nintendo, code erreur 007-1212

Après une certaine lassitude de mes PS3, Xbox 360 et PS Vita, je suis un peu revenu vers les consoles Nintendo pour leur énorme avantage d’être des consoles « sociales » tout autant que familiales. Les seules consoles du marché où l’immense majorité des jeux est jouable à plusieurs !
« Wii U » pour la famille, « 2DS » pour le plus grand et… Madame qui s’est vue offrir, par les doux soins de son râleur à domicile, une Nintendo 3DS XL « édition limitée » du nouveau Zelda.
Wahou ! (j’aime pas Zelda, mais bon, la plupart auraient cette réaction)

Code « James Bond – Décembre 2012″ (erreur 007-1212)

Après déballage, c’est le drame. L’orage de désespoir, l’infamie de Nintendo tant mal vécue.

Ce p****n de code de téléchargement ne fonctionne pas !

Oui je suis grossier. J’assume car Nintendo me livre une console AVEC le jeu « Zelda machin… » qui en fait, comme souvent maintenant, n’est pas AVEC mais À TÉLÉCHARGER.

Soit.

Mais quand il s’agit de récupérer son dû, impossible !!! Alors que le pékin qui s’est acheté le jeu qui va bien en version boîte en même temps que moi est déjà en train de ramasser des rubis à la pelle ?

Voilà, ça fait deux jours. Et ça fait de plus en plus suer car la console bling-bling flambant neuve le reste désespérément faute de pouvoir jouer au jeu « fourni » avec !

Donc la prochaine fois, faites-une croix sur une console en édition limitée avec le jeu, prenez une console ET un jeu, ça revient moins cher et si c’est moins classe et surtout on peut jouer immédiatement.

« Merci » Nintendo. Ton « link between worlds » est sévèrement down !

NB : vous noterez que je ne suis pas le seul acharné à vouloir faire en sorte que Madame profite de son cadeau !

Another brick in the wall

lego

Condamnés par la météo exécrable à rester au coin du feu, Nell m’a réclamé de nouveaux Lego plutôt que des Playmobil… Pour un Papa bricoleur, ce n’est que du bonheur et c’est à cet instant que l’on regrette d’avoir troqué 15 ans plus tôt des caisses entières de briques colorées pour quelques billets bien vite dépensés !

En avant les histoires

En matière de “jeux de grands”, Nell a vite été initiée aux Playmobil et à l’entrée directe en matière dès le déballage. Le slogan dit tout : ouvrez la boîte et… “en avant les histoires”.

Lapins, chats, cochons... en avant les histoires

Il y a de temps en temps quelques assemblages simples (et définitifs) à réaliser qui retardent la mise en place du Safari et de ses animaux aux blessures magiques, mais rien de bien complexe ni de réellement créatif.

À l’opposé des production de la firme germanique, reine du plastique moulé pour enfants, on retrouve les danois de Lego et leurs jeux de briques légendaires.

Briques-à-brac créatives

Le déballage d’une boîte de Lego est une expérience nouvelle et bien plus amusante : plutôt que de partir à la pêche des personnages et de leurs accessoires pour illustrer son imagination, c’est la course à qui trouvera la brique à 8 picots beige pour assembler avec la plaque à 4 ergots grise qui constitueront la première marche de l’escalier de la maison !

Associées aux autres pièces de la même boîte, dans un ordre différent, ces centaines de briques permettront de fabriquer une voiture et son garage ou une maison de campagne au milieu d’un jardin fleuri ou bien tout autre chose que mentionné dans les instructions.
Une fois le montage terminé, l’imaginaire met en marche les histoires, tout comme il le ferait avec une boîte de Playmobil, mais si au milieu du scénario, le barbecue posé sur la pelouse de plastique dérange et doit être transformé en canoé-kayak, ceste sera fait en un tournemain !

L’imagination et la créativité sont stimulées à chaque instant car une brique ronde peut servir de pied de table, de tabouret, de base pour une colonne grecque ou encore de roues pour le tracteur, etc. Quelques briques et le mur devient la muraille de Chine vite transformée en hangar détruit pour fabriquer un avion aux ailes un peu épaisses.

DSC_6733.jpg

Du coup Nell joue plus longtemps avec ses Lego, et même si elle est encore trop petite pour construire toutes les images qu’elle a en tête, la pêche aux briques et la direction artistique du Papa-assembleur lui sied tout à fait !

Il y a Lego et Lego

Si les gammes de Playmobil n’ont, semble-t-il, pas beaucoup évolué depuis l’époque où j’étais allongé avec eux sur le tapis mais l’offre Lego, elle, s’est largement diversifiée sûrement pour suivre la fainéantise grandissante des enfants et palier au manque de “prêt à jouer”.

Entre Lego Technic et Lego “tout court” mes choix se faisaient plutôt entre le tracto-pelle transformable en voiture de course et le château-fort démontable pour en faire un manoir.
Aujourd’hui, le côté construction a été un peu bridé avec des séries où nombre de pièces sont à usage unique (un capot de voiture moulé, ça se recycle difficilement pour une autre utilisation) et des univers prédéfinis (Star Wars, Harry Potter, etc).

Mais en cherchant bien, on trouve encore des boîtes de briques simples ou la série des “Lego Creator” proposant au moins 3 constructions à partir du même jeu de briques “classiques”.

Bon, ce n’est pas tout ça mais nous avons une maison et son jardin paysager à livrer pour midi !

DSC_1447.jpg

Source : Brevet “Toy building brick” via This isn’t happiness.

Une nouvelle façon de tuer sa productivité

ready-steady-bang

Et voilà, avec un tweet qui passe et qui parle de 30 façons de tuer un cowboy, la curiosité morbide maladive m’amène à découvrir cette vidéo :

Canabalt le retour ?

Des jolis dessins en pixel. En niveaux de gris. Et une application iPhone / iPad ? Argh, mais on dirait du Canabalt en puissance ?

Combien ? 79 centimes ? Bon, bah finalement je n’irai pas chercher le pain et j’investis mon heure d’avant déjeuner là-dedans.

Ready… Steady… Bang !

Voilà, ça n’a pas loupé. J’ai l’index qui tremble et transpire au-dessus de l’écran en attendant anxieusement le « bang ».

Quoi ? 0.345 secondes et je suis pas assez rapide ? Mais c’est mon iPhone 4 qui rame ou… Non, l’écran est sale.

0.257 secondes. Encore mort !? Saloperie de cowboy.

Bon j’arrête là, j’ai une série de duels à finir clients à livrer…

Note : non je ne mourrai pas de faim. En fait, c’est vendredi. Le pain est livré à domicile. Reste à trouver le temps de manger.