Ulysses et l’odyssée iCloud

Depuis l’arrivée d’iOS 8 et Yosemite accompagnés d’iCloud Drive Apple a silencieusement amélioré la situation (la synchronisation est plus rapide, les erreurs de réplication sont plus rares) mais il reste quelques situations agaçantes qui ne trouvent pas de solution pratique.

Un peu à la manière de Jean-Christophe qui galère depuis des mois avec ses raccourcis, j’ai eu la mauvaise surprise de voir le nouvel Ulysses arrivé sur mon iPad refuser catégoriquement de communiquer avec son grand frère sur le Mac.

J’ai eu beau supprimer la dernière arrivée de l’iPad, redémarrer la tablette, réinstaller et vérifier tous mes paramétrages de synchronisation, rien n’y faisait. Aussi réactifs et compétent soient-ils, les développeurs d’Ulysses n’ont pas été en mesure de me proposer d’autres solutions que celles que j’avais déjà envisagées.

En lançant Ulysses pour iPad, j’ai ça :

ulysses-ipad

Et je retrouve ceci dans Ulysses sur le Mac :

ulysses-mac

iCloud Drive en phase Terminal

J’ai fini par chercher un peu et plonger dans le Terminal pour trouver où étaient stockés les fichiers (invisibles) d’Ulysses qui pourraient être en cause.

Première victoire : les fichiers sont bien planqués dans un dossier au nom abscon mais identique pour tous les possesseurs de l’application.

Après avoir lancé Terminal, rendez-vous dans le dossier « Mobile Documents » de la « Bibliothèque » de l’utilisateur.

cd ~/Library/Mobile\ Documents

icloud-drive-terminal

En tapant la commande « ls -l » vous listerez tous les fichiers et retrouverez à la fois les dossiers visibles d’iCloud Drive et les dossiers cachés dont celui qui conserve les documents Ulysses sous le nom « X5AZV975AG~com~soulmen~ulysses3″.

content-ulysses-terminal

Naviguer à la main est bien inutile ce ne sont que des références pas bien parlantes.

J’ai fait une sauvegarde (dans une archive au format zip) de ce dossier avec la commande suivante :

zip -r ~/Desktop/SauvegardeUlysses3.zip X5AZV975AG~com~soulmen~ulysses3/

Puis j’ai fait une bête suppression du fameux dossier. En rouvrant Ulysses : plus rien.

J’ai redémarré les appareils (Mac et iPad), supprimé les applications et les ai réinstallées à partir des App Stores dédiés.

J’ai rétabli ma sauvegarde sur le Mac, toujours via le Terminal, et j’ai attendu quelques minutes pour laisser le temps à iCloud de faire son travail de mise à jour.

Ulysses relancé sur le Mac m’affiche bien tous mes textes. Ouf ! Ouvert sur l’iPad, je retrouve instantanément tous mes documents synchronisés !

Victoire !

Par acquis de conscience j’ai cherché si je ne trouvais pas de trace ces fameux raccourcis qui font perdre des cheveux à ce cher Jean-Christophe, mais sans succès… Il va devoir encore compter sur une future mise à jour des OS d’Apple… S’il ne l’a pas une nouvelle fois dans l’os !

iCloud + Partage familial = (iTunes) Match nul

Le partage familial au sein d’iCloud est une des options que j’espérais de longue date car avec une demi-douzaine d’iPad à la maison et presque autant d’iPhone, je trouvais peu pratique la gestion d’un compte iCloud différencié de celui de l’App Store.

iCloud, App Store & iTunes

Avant l’arrivée du partage familial, le configuration des iPad de la maison était le suivant :

  • un compte iCloud par personne, donc parfois utilisé sur plusieurs terminaux
  • un seul compte App Store configuré sur tous les appareils pour avoir une seule et même base d’achats
  • un seul compte iTunes Match utilisé sur l’ensemble des terminaux

L’annonce du partage familial amène quelques outils intéressants et infiniment plus pratiques que d’utiliser un seul compte pour tout le monde :

  • des comptes “enfants” qui envoient une demande d’autorisation lors des achats sur les boutiques Apple (Apps & Musique)
  • l’album photo familial
  • le partage de localisation entre membres de la famille

À peine tous les terminaux migrés sous iOS 8 (non sans regrets pour l’iPad 2), je me suis attaqué à la configuration du partage familial d’iCloud.

La mise en place est d’une simplicité exemplaire typique d’Apple.

On déclare un utilisateur par l’adresse email de son compte iCloud :

ajouter-membre-icloud

On confirme directement en saisissant les identifiants dudit compte ou en envoyant une demande par email :

confirmer-membre-icloud

Pour valider la participation il faut soit le faire à partir de l’appareil sous iOS :

confirmer-compte-icloud

Soit d’un Mac… mais sous OS X Yosemite (encore en beta à l’heure actuelle).

validation-web-icloud

Une fois sa participation validée, la rubrique Achats d’iTunes contient les achats “persos” et ceux du “chef de famille” (appelé “organisateur”). Tout se passe donc avec la carte du chef. Choisissez bien votre rôle !

membres-partage-familial

Il n’y a plus rien à faire, tout fonctionne sauf… pour la musique.

Match nul

Abonné de la première heure au service iTunes Match afin d’avoir toute la musique achetée (en numérique ou en disques) disponible sans efforts sur tous nos terminaux, je ne peux plus vraiment m’en passer.

25 € par an et rien d’autre à faire que de choisir parmi plusieurs dizaines de milliers de morceaux de notre bibliothèque musicale sans se soucier de la capacité des iPhone et iPad.

Une fois le partage familial accepté sur le terminal de Madame, plus de musique. Plus moyen d’accéder à la librairie partagée !

itunes-pas-match

Alors que sur mon compte cela se passe différemment :

itunes-match-ok

Et ce n’est pas un bug, c’est une conséquence logique du fonctionnement des réglages d’iOS 8 : une fois le partage familial actif, la section “iTunes Store et App Store” des Réglages est à moitié liée au compte iCloud de base et celui du chef de famille. Mais pas la bonne moitié : impossible d’accéder à iTunes Match car l’utilisateur est considéré comme non abonné. Ce qui est le cas. Mais pas celui de son “supérieur”.

J’ai des doutes sur la clarté de mes explications, mais pour la faire courte, le partage familial permet de tout partager : Livres, Apps, Musique mais… pas celle d’iTunes Match !

Carte enfant moins

Enfin, je ne sais pas si c’est un bug lié à mon compte ou un problème plus général, je n’ai pas pu ajouter d’enfant mineur au partage familial.

Il suffit pourtant de cliquer sur l’option correspondante.

icloud-enfant

Saisir une date de naissance et…

icloud-enfant-2

Je suis bloqué car soi-disant mon compte principal n’a pas de carte bancaire associée.

icloud-carte-bancaire-enfant

J’ai eu beau essayer de supprimer la carte de mon compte, la remettre et même faire un achat avec succès, iOS m’affiche toujours la même fin de non recevoir !

En bref, le partage familial est sur le papier une excellente avancée qu’au final je ne peux pas utiliser car ce serait faire une croix sur le partage de notre bibliothèque musicale !

Attendons une future mise à jour !

iCloud, le nuage devant le soleil

Autrefois il s’appelait .Mac et était payant pour un service simple qui fonctionnait plutôt pas mal : contacts, carnet d’adresses, calendriers, trousseau d’accès et comptes de l’application Mail.

Puis, il a été renommé MobileMe pour accompagner les iDevices. Plus sollicité, le service s’est lentement dégradé : moins de choses à synchroniser, des pannes à répétition… Plutôt énervant pour un service payant et pas donné.

Parmi les premiers services de Cloud personnel, Apple l’a encore renommé (iCloud) tout en l’offrant gratuitement à tous ses utilisateurs.
Avec les services gratuits, je m’attend toujours à un fonctionnement moins fiable et des services plus limités (même si DropBox ou Google dérogent à cette règle) mais avec Apple derrière j’espérais un service à la hauteur des moyens annoncés et des produits de la marque en général.

Si les premières semaines de migration et de mise en service ont été quelque peu mouvementées, les premiers mois se sont plutôt bien déroulés. Mais ensuite, les défauts de synchronisation et les indisponibilités ont pris un rythme relativement régulier et bien trop fréquent à mon goût. Mais si ce n’était que ça… ma tolérance envers la marque absorberait ces critiques !

Applications sans nuage

Après la perte du synchronisation du trousseau d’accès avec la transition vers MobileMe, c’est la politique envers les éditeurs d’applications tierces qui a fini de gâcher le tableau du service offert par Apple.
Si mon application n’est pas présente dans le Mac AppStore, elle n’a pas le droit à la synchronisation iCloud. D’autant plus injuste que comme j’ai acheté mon application avant l’existence du Mac AppStore (exemple : Panic Transmit), j’aurai toujours au moins cette fonctionnalité de retard par rapport aux acquéreurs récents !

Heureusement de nombreux éditeurs implémentent plusieurs services de synchronisation et, dans l’immense majorité des cas, DropBox en fait partie…

Si pour moi DropBox n’a pas de vrai concurrent c’est principalement parce que je retrouve l’option de synchronisation dans un très grand nombre d’applications. C’est devenu un critère de choix rédhibitoire pour moi. Les autres services tels que Box.net, Skydrive, SugarSync ont beau annoncer des solutions calquées sur celles de DropBox et un espace de stockage offert alléchant, je ne les retrouve que très rarement intégrés aux applications !

Stop using iCloud…

Cette parenthèse sur DropBox faite, j’en reviens à mon nuage noir.

Il y a quelques mois j’ai perdu des centaines de notes prises dans DayOne. À l’époque j’ai méchamment blâmé le développeur sans jamais trouver de raison à ce défaut et sans réussir à le corriger.
J’ai retrouvé mes notes grâce à DropBox mais d’autres problèmes sont survenus (notes fantômes qui se synchronisent indéfiniment entre autres) et depuis le développeur a clairement indiqué que la synchronisation iCloud était souvent problématique (j’y retrouve tous les problèmes que je rencontre). Il conseille de privilégier DropBox…

Plus récemment Daedalus Touch a fait son arrivée sur iPhone et son entrée dans le cercle iCloud. À nouveau des soucis de synchronisation, au début dus à des bugs de l’application puis au nuage d’Apple lui-même.

En bon « pseudo-geek » j’ai parcouru les FAQ, contacté les développeurs via Twitter et tenté des dizaines de solutions toutes plus ou moins fumeuses sans jamais résoudre mes problèmes de synchro.

Puis, la semaine dernière ça m’a pris. J’ai cliqué sur « Stop using iCloud… » dans DayOne et ainsi de suite dans toutes mes autres applications.

Depuis cet instant, tout est synchronisé. Sans défaut. Et en cas de problème, j’ai accès au « versioning » proposé par DropBox !

iCloud est désormais cantonné à la synchronisation de mes contacts et calendriers, chose qu’il a toujours très bien faite et que DropBox ne saurait remplacer.

Ce que je payais avant pour .Mac / MobileMe, je le paie à DropBox pour avoir 100 Go d’espace.

Alors, stop using iCloud (at least for apps) et vive DropBox (et tous ceux qui rendent ce service aussi pratique qu’indispensable au quotidien) !

iCloud, nuage gris à l’horizon

A peine au boulot que je me trouve déjà des raisons de râler, et une fois n’est pas coutume, c’est à cause d’une pomme qui me prend pour une pomme.

iOS 5 apporte plein de nouveautés bien pratiques : notifications, iMessage, appareil photo accessible directement et… iCloud.

Photos dans le nuage

Quelle joie quand j’ai découvert les photos prises sur un iPhone sur l’autre ou encore sur l’iPad ! Mais rage et désespoir quand il a fallu les chercher sur le Mac.

Bah oui, il y a bien une case à cocher dans les préférences du descendant nuageux de MobileMe.

Mais, ce n’est pas tout de la cocher, il faut aussi passer à la caisse et utiliser un logiciel qui, chez moi, a élu domicile dans la Corbeille. J’ai nommé iPhoto.

Les photos du flux sont dans le nuage, sans y être consultables. Vous pensiez qu’on allait les trouver sur icloud.com ? Descendez de votre nuage !

Mais là, où Apple fait encore plus fort c’est en développant un utilitaire tout simple pour les utilisateurs de Windows qui envoie les photos dans un dossier. Le DropBox de la photo. Pile ce dont je rêve !

En attendant, je ressors mon câble USB.

J’ai perdu mes clés, mais pas que…

iCloud c’est gratuit et donc comme souvent, on y perd au passage. Moi, j’y ai perdu la synchronisation du trousseau d’accès.
Et puis comme le porte-clés était bien garni, les comptes email, règles, signatures, … sont aussi perdus dans le nuage !

Aucune solution de rechange ne semble envisageable pour compenser et une copie manuelle de ces données (surtout le trousseau) s’annonce bien galère…

Localisez mon Mac, Pro

Dernière nouveauté de Mac OS X 10.7.2 et d’iOS 5, la posibilité de localiser son Mac. Génial pour un MacBook Pro oublié dans un TGV et pas si bête pour un Mac Pro envolé lors d’un cambriolage.

Oui mais non. Pour localiser le cambrioleur et votre parpaing d’aluminium multi-coeurs, il ne faut pas avoir la fibre RAID. Qui dit disques en RAID, dit pas de « Recovery Partition ». Et qui dit pas de « Recovery Partition », dit « pas de localisation ». Le rapport ? Je ne vois pas.

Donc si vous voulez voir où se balade votre Mac Pro quand Madame bouge les meubles, ne soyez pas RAID !

Sous le nuage, la douche froide

Avec la perte de fonctions essentielles de MobileMe, les nouveautés d’iCloud ont du mal à me faire avaler la pilule. Et si vous n’avez pas encore migré, attendez un peu tant que le service est ouvert, peut-être qu’Apple écoutera les doléances de ses utilisateurs. Oui, je sais, je rêve. Dans les nuages.

iCloud vs DropBox, faux débat

Depuis l’annonce officielle des tarifs d’iCloud (au-delà des 5 Go de stockage de départ), des comparatifs fleurissent mettant face au nuage d’Apple des solutions telles que DropBox ou Amazon Cloud Drive. Comparons ce qui est comparable…

iCloud ne synchronise pas tous vos fichiers

L’offre iCloud n’est en aucun cas comparable avec DropBox pour au moins une raison : il est impossible de stocker ses fichiers dans le nuage sans passer par une application prévue pour utiliser le service d’Apple ! Synchronisation entre appareils (MacOS et iOS) et support des versions sont au programme, mais dans les limites imposées par Apple

Avec DropBox, vous créer des dossiers, organisez des fichiers comme vous le désirez (au sein du dossier parent prévu à cet effet), et la synchronisation se fait automatiquement avec en bonus l’enregistrement des versions.

Je laisse volontairement l’offre d’Amazon de côté (son ergonomie d’un autre âge l’exclut du comparatif) ainsi que les concurrents directs de DropBox tels que SugarSync.

iCloud va beaucoup plus loin

Sans compter le simple fait qu’iCloud embarque 5 Go de stockage de départ (contre 2 Go pour DropBox), Apple y a intégré toute une série de fonctionnalités spécifiques aux appareils liés : flux de photos, sauvegarde de vos appareils iOS, synchronisation des contacts et calendriers, emails, etc.
DropBox ne joue pas dans la même cour avec la philosophie de synchroniser un dossier et tout son contenu de la manière la plus transparente qui soit, sans services spécifiques autres que la compatibilité avec un maximum d’appareils sur le marché.

iCloud pas si cher ?

L’argument du prix ressorti à plusieurs endroits est complètement irrecevable sauf à vouloir tenter de justifier qu’Apple ne facture pas ses prestations à vil prix, comme ce qui lui est souvent reproché à tort.
En effet, si iCloud est moins cher au giga-octet de données, la nécessité de posséder un Mac « récent » sous Mac OS X 10.7 Lion ainsi que des « iDevices » sale sévèrement la facture alors que DropBox se satisfait d’à peu près tout type de machine.

Ciel nuageux à l’horizon

Cette rapide démonstration préfigure du brouillard qui va assombrir un ciel sans nuage dans les prochains mois avec l’arrivée de nouveaux acteurs du « cloud compting » et le développement de nouvelles offres pas toujours bien marketées.
L’offre d’Apple est simple : une synchronisation / sauvegarde de tous vos contenus liés à vos iDevices avec en prime la musique (les films et séries ?), les applications et les livres qui ne décomptent pas l’espace proposé.
Et, comme pour les smartphones et tablettes, Apple gardera longtemps l’avantage d’une intégration complète et d’une offre claire en attendant une réponse qui ne peut venir presque que de Microsoft mais bien trop occupée aujourd’hui par son entrée sur le marché mobile.

Apple TV dans le nuage ?

L’annonce de l’Apple TV de seconde génération l’année dernière en avait laissé beaucoup sur leur faim avec l’absence de toute forme de stockage intégré ou directement attaché (disque dur USB) et ce pour pas mal de raisons :

  • devoir laisser le Mac contenant musique et films allumé est tout sauf écologique… Un Mac mini, passe encore, mais un Mac Pro…
  • du fait de l’absence de solution de stockage, ce nouvel Apple TV et son nouveau firmware barrent la route aux achats directs à partir du canapé. Et sur ce point, j’avoue que cela m’a coupé quelques envies par flemme d’aller visiter l’iTunes Store sur mon Mac, encore plus avec les tarifs prohibitifs de l’offre de location made in Apple.

Un Apple TV bridé mais qui se vend bien

J’ai longtemps lorgné du côté de l’Apple TV sans jamais me décider à l’acheter. Pourtant cette nouvelle version, plus compacte et moins chère a rapidement rejoint mon installation TV notamment pour la fonction AirPlay entre iPad (ou iPhone) qui me permettait d’avoir une seconde borne AirPort Express dans la maison, agrémentée de la fonction vidéo.
Les premiers (et seuls) chiffres de ventes publiés par Apple montrent que le public ne s’est pas laissé arrêter par la suppression du disque dur, sûrement plus attiré par le tarif compétitif et l’apport de nouvelles fonctionnalités.

Encore aujourd’hui, on peine à trouver sur le marché des solutions concurrentes au même prix et surtout aussi simples d’utilisation. J’ai ma théorie sur ce point : offrir un boitier TV, c’est bien, mais si on ne retrouve pas de boutique de location/vente de médias et qu’on s’arrête au support de YouTube et à la lecture des DivX, cela restreint drastiquement les possibilités et le côté séduction du grand public !

Pour ma part, j’ai comblé le manque de lecture native des DivX par le biais de la solution « Air Video » : lecture sur iPhone ou iPad via la conversion à la volée effectuée par le Mac et diffusion sur Apple TV via AirPlay. Pas si fastidieux que cela au final et plus pratique que de rallumer la PlayStation 3.

Une sortie en avance sur le nuage ?

Si le concept de nuage nourrit les rumeurs depuis près de 2 ans, à son annonce, iCloud avec iTunes Match semblait être le compagnon idéal de cet Apple TV sans mémoire. Malheureusement, lors du keynote de présentation d’iOS 5 et d’iCloud, le boitier TV a été totalement délaissé. Oubli ou abandon ?

Si Apple ne peut se permettre d’abandonner un des seuls périphériques supportant AirPlay en mode vidéo (et qui fait vivre son catalogue de films et de séries), cela s’apparente désormais à un oubli (ou retard) de communication.

Il n’y a plus aucun doute avec la dernière mise à jour du firmware qui apporte, aux Etats-Unis seulement (pour le moment ?!), la possibilité de revoir en streaming films et séries achetés précédemment sur l’iTunes Store.

Apple n’avait peut-être pas encore terminé toutes les négociations nécessaires à une telle annonce au mois de juin… Mais si c’est la route suivie par les équipes de la firme californienne et les majors détentrices des droits, cette nouvelle politique pourrait donner de nouveaux et sérieux atouts à l’offre iTunes dans le nuage ainsi qu’un coup de fouet aux ventes d’Apple TV et autres solutions compatibles AirPlay vidéo !

Patience, la sortie du nouvel iOS et la mise en service d’iCloud dans quelques semaines pourrait annoncer un nouveau pavé dans la mare des contenus dématérialisés, offrant une nouvelle longueur d’avance sur une concurrence déjà en mal d’offres finalisées.