Apple TV 2015 Mockup

La nouvelle Apple TV est arrivée et pour illustrer, je préfère nettement les copies d’écran « en situation ». Devant créer des images pour là-bas je me suis attelé de bon matin à créer un « mockup » pour l’Apple TV 2015.

Le mockup c’est ce fichier Photoshop avec un « smart object » qui permet d’intégrer une image dans l’image en deux clics.

Je fournis donc un fichier Photoshop qui, une fois ouvert, fonctionne comme suit…

  1. Double-cliquer sur la vignette du calque « TV Screen (click me) ».

mockup1

  1. Un nouveau fichier avec l’écran bleu s’ouvre.

mockup2

  1. Il suffit d’y glisser l’image de votre choix ou de faire le montage désiré. Puis d’enregistrer et fermer. Afin de faciliter les intégrations, j’ai respecté le format HDTV de 1920×1080 pixels.

mockup3

  1. Vous revenez au fichier « monté » avec votre Apple et l’écran que vous vouliez lui donner.

mockup4

Il ne vous reste plus qu’à exporter cette image ou l’utiliser dans vos montages.

Autre exemple :

mockup5

mockup6

Télécharger le fichier Apple TV 2015 Mockup

Ulysses et l’odyssée iCloud

Depuis l’arrivée d’iOS 8 et Yosemite accompagnés d’iCloud Drive Apple a silencieusement amélioré la situation (la synchronisation est plus rapide, les erreurs de réplication sont plus rares) mais il reste quelques situations agaçantes qui ne trouvent pas de solution pratique.

Un peu à la manière de Jean-Christophe qui galère depuis des mois avec ses raccourcis, j’ai eu la mauvaise surprise de voir le nouvel Ulysses arrivé sur mon iPad refuser catégoriquement de communiquer avec son grand frère sur le Mac.

J’ai eu beau supprimer la dernière arrivée de l’iPad, redémarrer la tablette, réinstaller et vérifier tous mes paramétrages de synchronisation, rien n’y faisait. Aussi réactifs et compétent soient-ils, les développeurs d’Ulysses n’ont pas été en mesure de me proposer d’autres solutions que celles que j’avais déjà envisagées.

En lançant Ulysses pour iPad, j’ai ça :

ulysses-ipad

Et je retrouve ceci dans Ulysses sur le Mac :

ulysses-mac

iCloud Drive en phase Terminal

J’ai fini par chercher un peu et plonger dans le Terminal pour trouver où étaient stockés les fichiers (invisibles) d’Ulysses qui pourraient être en cause.

Première victoire : les fichiers sont bien planqués dans un dossier au nom abscon mais identique pour tous les possesseurs de l’application.

Après avoir lancé Terminal, rendez-vous dans le dossier « Mobile Documents » de la « Bibliothèque » de l’utilisateur.

cd ~/Library/Mobile\ Documents

icloud-drive-terminal

En tapant la commande « ls -l » vous listerez tous les fichiers et retrouverez à la fois les dossiers visibles d’iCloud Drive et les dossiers cachés dont celui qui conserve les documents Ulysses sous le nom « X5AZV975AG~com~soulmen~ulysses3″.

content-ulysses-terminal

Naviguer à la main est bien inutile ce ne sont que des références pas bien parlantes.

J’ai fait une sauvegarde (dans une archive au format zip) de ce dossier avec la commande suivante :

zip -r ~/Desktop/SauvegardeUlysses3.zip X5AZV975AG~com~soulmen~ulysses3/

Puis j’ai fait une bête suppression du fameux dossier. En rouvrant Ulysses : plus rien.

J’ai redémarré les appareils (Mac et iPad), supprimé les applications et les ai réinstallées à partir des App Stores dédiés.

J’ai rétabli ma sauvegarde sur le Mac, toujours via le Terminal, et j’ai attendu quelques minutes pour laisser le temps à iCloud de faire son travail de mise à jour.

Ulysses relancé sur le Mac m’affiche bien tous mes textes. Ouf ! Ouvert sur l’iPad, je retrouve instantanément tous mes documents synchronisés !

Victoire !

Par acquis de conscience j’ai cherché si je ne trouvais pas de trace ces fameux raccourcis qui font perdre des cheveux à ce cher Jean-Christophe, mais sans succès… Il va devoir encore compter sur une future mise à jour des OS d’Apple… S’il ne l’a pas une nouvelle fois dans l’os !

Apple Watch, course contre la montre

À la veille de l’annonce officielle de la disponibilité de la première montre connectée d’Apple, les spéculations vont bon train (et pas seulement parce que j’écris cela dans le TGV). Si ce produit paraît être une suite logique des objets connectés développés par la firme de Cupertino, je n’étais au départ pas des plus convaincus mais je commence à changer d’avis.

Remonter le temps

Pour moi les montres sont à la fois des objets de mode et un accessoire qui permet de nous situer dans notre course quotidienne. Je collectionne les « jolies » montres parfois geek (Tissot Touch) et parfois chic (Tag Heuer) que j’assortis avec mon humeur ou ma tenue.
Cependant, une montre que je dois recharger tous les jours (et même toutes les semaines) ne saurait me satisfaire sans avoir d’autres arguments à avancer car j’aime changer quand je veux et être assuré que celle-ci pourra remplir son rôle quand je le souhaite.

Quand on apprécie les belles montres, le seul prix annoncé et demandé pour l’Apple Watch (349$) semble raisonnable et cohérent, mais si l’on regarde sa durée de vie, c’est une autre histoire. L’Apple Watch de demain et ses futures remplaçantes ne seront pas en mesure de durer dans le temps car l’électronique embarquée ne pourra que vieillir trop vite, remisant ce cher bijou dans un tiroir au bout de quelques mises à jour système.
Sauf à proposer une forme « d’abonnement » par lequel cette « fausse joaillerie technologique » soit régulièrement remplacée, le prix que l’on aurait pu considérer raisonnable ne l’est plus du tout, surtout quand on sait qu’un remplacement ne se fera pas sur une base affective mais plutôt « pratique ».

Apple et ses concurrents vont donc créer une nouvelle dépendance technologique autour d’un accessoire historique envisagé sous une nouvelle forme. Sans même parler d’obsolescence programmée dont on accuse régulièrement à tort la marque, c’est l’utilisateur qui se chargera de remiser sa montre devenue obsolète au regard de ses usages et besoins. Ce n’est arrivé à aucune de mes montres jusqu’à maintenant !

Joindre l’utile à l’agréable

La question qui était (et est encore) sur toutes les lèvres au sujet de l’Apple Watch est sa réelle utilité. Depuis les premières montres connectées Samsung et encore plus depuis l’annonce officielle d’Apple, je cherche régulièrement à justifier d’ajouter à mon budget personnel une nouvelle ligne de dépenses « inattendue » et sans aucun doute récurrente.

Nous le savons, l’Apple Watch se limitera (au moins à ses débuts) à n’être que l’écran secondaire de votre iPhone. Présentée comme ça, on se demande forcément quel est alors l’intérêt d’ajouter un bidule de plus pour lequel il faut surveiller la charge s’il n’apporte rien de nouveau.

Première idée, cela évitera à tous ceux qui n’ont plus de montre de sortir leur smartphone de la poche quand on leur demande l’heure. Ça fait cher la montre.
Puis, en passant depuis quelques semaines pas mal de temps hors du bureau, entre TGV, métro, bureaux et salles de formation de clients, j’ai eu un déclic : oui, l’Apple Watch m’évitera de sortir mon iPhone de la poche. Et ça, c’est une bonne nouvelle, catalysée par le fait que je n’arrive pas à apprécier mon iPhone 6.
En effet, si je regarde le nombre de fois où je sors un des mes iPhone de ma poche pour ne rien en faire ou presque, l’Apple Watch s’annonce comme LA solution.

Je me suis amusé à compter grossièrement et distinguer les « sorties » utiles des « bêtes consultations » de mon iPhone. Sur une journée de travail hors du bureau, je constate que dans 80% des cas je réveille mon téléphone uniquement pour lire une notification ou consulter une information basique (calendrier, billet de train, liste de tâches). Sans entrer dans le détail des fonctions de l’Apple Watch ni même connaître les plans des développeurs tiers, les promesses annoncées en septembre devraient être remplies par l’Apple Watch en les associant au geste naturel du poignet.

Au même titre qu’il est infiniment plus pratique et naturel de jeter un œil à sa montre pour consulter l’heure, il en sera de même pour la lecture rapide d’un message, d’un rendez-vous ou de toute information ne nécessitant pas une interaction lourde.
Comme le prévoit le SDK actuel, les « applications » de la montre ne seront qu’une extension déportée de l’application mère. Nous nous sommes tous réjouis de la mise en place (tardive) d’un centre de notifications digne de ce nom dans iOS, alors pourquoi ne pas adhérer au même concept avec l’économie de mouvements liée au déport sur le poignet ?! Peut-être le prix… C’est certain.

Du coup, même si j’ai déjà écrit que la limitation de l’Apple Watch à un écran secondaire devrait sauter dans un futur plus ou moins proche, est-ce vraiment nécessaire ? Quelle interaction peut-on réellement espérer maintenant ou plus tard avec un écran de moins de 42mm de haut ? Sans aller plus loin, les promesses me semblent déjà tenues et justifient de l’utilité de l’objet mais un peu moins son prix…

Transfert d’autonomie

Si l’autonomie de la montre sera sans aucun doute le nuage le plus noir à l’horizon, l’effet paradoxal est que ses fonctionnalités devraient rendre du jus à nos iPhone qui resteront plus longtemps au chaud au fond d’une poche. Et ça c’est une bonne chose !

Il faudra se faire à l’idée que chaque soir la montre devra rejoindre une prise électrique avec l’iPhone et de temps en temps l’iPad. Les fabricants de tables de chevet vont devoir sérieusement commencer à créer des meubles avec prises de recharge intégrées !

One more thing…

Peu convaincu par la montre à son annonce, je me suis mis à m’imaginer son utilité réelle et à me rendre compte qu’Apple avait bon sur une grande partie de la ligne. La montre est un accessoire de mode et la connecter à un smartphone est une suite parfaitement logique si on sait s’en tenir à des fonctionnalités limitées mais efficaces. La montre Apple ne devrait pas être l’usine à gaz démontrée par les premiers modèles lancés par Motorola, LG ou Samsung car on peut faire confiance à Jonathan Ive pour avoir fait encore une fois des choix tranchés à la place des utilisateurs.
Les futures itérations de l’Apple Watch apporteront quelques réponses aux premières critiques, dans le pur esprit d’Apple : « on fait ce qu’on veut et on vous emm… car vous saurez dans quelques temps que nous avions raison depuis le début ». Demandez à Samsung et Microsoft qui, ces dernières années et encore la semaine dernière, ont bien dû reconnaître cet état de fait. Douloureusement qui plus est !

J’aurai une Apple Watch, sans aucun doute. Pour pouvoir juger sur pièce de ces assertions. Et puis parce que je reste un peu geek au fond de moi… Mais le choix est déjà fait, ce sera le modèle de base cette fois car il n’est pas question d’investir lourdement dans un produit dont la destination est un sombre fond de tiroir avec l’arrivée des remplaçantes !

Édition Sport, bracelet silicone vert. Pour contraster avec ma Tissot Touch au bracelet silicone orange.