Ce que révèle le top des recherches App Store

Avant de lancer une recherche sur l’App Store, Apple me propose le top des recherches des possesseurs d’appareils sous iOS… et parfois, ça fait peur. Revue du top du jour.

recherches-appstore

  • NT1 : On voit tout de suite le niveau et à quel point les chaînes TV de qualité sont délaissées…
  • Waze : Soit les gens cherchent à échapper aux radars soit ils n’ont pas connaissances des apps comme Plans ou Google Maps. Je penche pour la première hypothèse.
  • Antivirus iPhone gratuit : celle-là en dit très long sur le niveau moyen des utilisateurs en termes de connaissance de leur OS. Je n’ose même pas aller voir la liste d’attrape-nigauds qui se trouve au bout du lien !
  • Uber : quand Waze ne marche pas, autant faire confiance à un pro.
  • Amendes.gouv : Waze a mal dû faire son travail pour qu’on en vienne à devoir payer ses amendes avec son téléphone…
  • D8 : je vous renvoie au premier point.
  • Jeux gratuit : sans compter la faute d’orthographe, c’est significatif de l’utilisation du smartphone… On cherche à jouer, pas même un jeu. Et on oublie les Classements (des apps gratuites) en deuxième position au bas de l’écran.
  • SNCF : cher Capitaine Train, il vous reste du boulot manifestement…
  • Vente Privée : bienvenue au royaume de l’achat compulsif. Après avoir maté NT1 et D8 et cherché un « jeux gratuit » il ne reste plus que ça.
  • QR Code : apparemment les gens n’ont toujours pas réalisé que ces codes barres ne servaient vraiment à rien… C’est pas expliqué sur NT1, ça doit être pour ça.

Sur ce, je reste fidèle à mes lectures et à mes abonnements Twitter pour découvrir de vraies apps, recommandées par de vrais utilisateurs !

Aeron Man 2, le vrai retour

N’en pouvant plus d’être assis sur ma chaise de bureau usée jusqu’à la corde, j’ai tellement été soulagé par la réception de mon Aeron et en ai rapidement fait une critique positive mais, soyons réaliste, sans vraiment de recul.

Cela fait maintenant trois mois que je passe près d’une dizaine heures chaque jour dedans et je suis désormais convaincu que mes impressions du début ne sont ni dues à un « effet placebo » ou à une manière de me rassurer que je n’ai pas jeté plus d’un millier d’euros par la fenêtre.

Il n’y a que maille qui m’aille

Assez déroutante au début par sa souplesse, l’assise en mailles se révèle d’un confort exceptionnel. Je conserve cette impression de « flotter », d’être assis sans ressentir la force de retour du support sur lequel je repose.
Le maillage est flexible sans pour autant donner l’impression de s’enfoncer.
Et pour le froid dans le dos lié à ce maillage, mentionné dès le premier jour, on s’y fait sans mal.

Réglé comme une horloge

Au déballage, le nombre de leviers et de boutons présents sur la structure de l’Aeron annoncent de nombreuses heures à « jouer » avec les réglages pour trouver le bon.
Si la hauteur de l’assise est facile à trouver (faire en sorte d’avoir un angle bras / avant-bras de 90° et les pieds posés au sol ou sur un repose-pieds), elle peut vous rappeler que votre bureau n’est pas bien réglé lui aussi. Pour ma part j’ai par la même occasion surélevé l’iMac 27″ en plaçant deux livres sous le pied en attendant de fabriquer mieux ou d’investir dans un support utile tel que le HiRise de TwelveSouth.

Fauteuil à bascule

Comme quelques autres modèles, l’Aeron propose un système de bascule que j’avais d’ailleurs déjà sur mon précédent fauteuil de bureau mais dont je n’avais jamais vraiment saisi l’intérêt.
Changer, c’est aussi l’occasion d’essayer, de tester et… d’approuver ce concept pas aussi inutile qu’il y paraît.

Soit vous réglez fermement la tension de bascule soit vous la bloquez pour l’utiliser à l’envi lors d’un appel téléphonique ou une session de lecture. Avec le soutien apporté par les mailles, cette position s’avère à la fois confortable et reposante pour le dos, variant ainsi les positions au cours de la journée.
Cependant cela ne doit pas non plus être une incitation à ne pas se lever pour se dégourdir les jambes et il ne faudra pas non plus attendre que l’Apple Watch vous rappelle à l’ordre car il est essentiel de se lever et faire quelques pas pour rythmer la journée de travail.
Si l’homme s’est redressé, ce n’est pas pour que sa prochaine évolution lui donne la forme de « l’homo assisdsus » à force d’être collé à son écran !

Un Aeron, comme Sheldon !

L’Aeron est définitivement le fauteuil par excellence pour tous les « geeks » et autres travailleurs qui passent la majorité de leur temps assis. Ce n’est peut-être pas un hasard si Sheldon Cooper, dans The Big Bang Theory, a un Aeron chez lui et à l’université ;)

Pour finir, comme je l’expliquais à Raphael, membre de l’équipe CreaCeed, qui me demandais récemment conseil sur le sujet, mon avis sur l’Aeron n’a pas changé depuis les premières heures passées dedans. Il n’y a rien à redire que ce soit sur l’ergonomie générale ou le confort. Il n’y a que le design auquel je n’accroche toujours pas vraiment… Mais est-ce un réel problème ?

Si vous deviez envisager un tel achat, je ne saurais que trop vous conseiller de ne pas lésiner sur les options. Autant les accoudoirs sont dispensables, autant le système PostureFit qui permet de régler finement l’appui lombaire (option que n’a pas Sheldon Cooper !).

Le confort a un prix, mais penser à sa santé sur le long terme devrait minorer ce frein budgétaire. Enfin, je rappelle que l’Aeron est un des très rares produits à exister en plusieurs tailles à choisir en fonction de votre morphologie, critère qui a fini par ne plus me laisser le choix !

Et vous avez-vous fait le saut ? Comptez-vous le faire ?

[Edit] Merci à Ludo pour les corrections sur l’ergonomie du poste de travail. [Edit 2] Charles martèle que sa chaise Mira 2 (du même créateur) est aussi un excellent choix, d’autant qu’elle hérite d’une partie des bases techniques et ergonomiques de l’Aeron. À vous de voir !

Ulysses et l’odyssée iCloud

Depuis l’arrivée d’iOS 8 et Yosemite accompagnés d’iCloud Drive Apple a silencieusement amélioré la situation (la synchronisation est plus rapide, les erreurs de réplication sont plus rares) mais il reste quelques situations agaçantes qui ne trouvent pas de solution pratique.

Un peu à la manière de Jean-Christophe qui galère depuis des mois avec ses raccourcis, j’ai eu la mauvaise surprise de voir le nouvel Ulysses arrivé sur mon iPad refuser catégoriquement de communiquer avec son grand frère sur le Mac.

J’ai eu beau supprimer la dernière arrivée de l’iPad, redémarrer la tablette, réinstaller et vérifier tous mes paramétrages de synchronisation, rien n’y faisait. Aussi réactifs et compétent soient-ils, les développeurs d’Ulysses n’ont pas été en mesure de me proposer d’autres solutions que celles que j’avais déjà envisagées.

En lançant Ulysses pour iPad, j’ai ça :

ulysses-ipad

Et je retrouve ceci dans Ulysses sur le Mac :

ulysses-mac

iCloud Drive en phase Terminal

J’ai fini par chercher un peu et plonger dans le Terminal pour trouver où étaient stockés les fichiers (invisibles) d’Ulysses qui pourraient être en cause.

Première victoire : les fichiers sont bien planqués dans un dossier au nom abscon mais identique pour tous les possesseurs de l’application.

Après avoir lancé Terminal, rendez-vous dans le dossier « Mobile Documents » de la « Bibliothèque » de l’utilisateur.

cd ~/Library/Mobile\ Documents

icloud-drive-terminal

En tapant la commande « ls -l » vous listerez tous les fichiers et retrouverez à la fois les dossiers visibles d’iCloud Drive et les dossiers cachés dont celui qui conserve les documents Ulysses sous le nom « X5AZV975AG~com~soulmen~ulysses3″.

content-ulysses-terminal

Naviguer à la main est bien inutile ce ne sont que des références pas bien parlantes.

J’ai fait une sauvegarde (dans une archive au format zip) de ce dossier avec la commande suivante :

zip -r ~/Desktop/SauvegardeUlysses3.zip X5AZV975AG~com~soulmen~ulysses3/

Puis j’ai fait une bête suppression du fameux dossier. En rouvrant Ulysses : plus rien.

J’ai redémarré les appareils (Mac et iPad), supprimé les applications et les ai réinstallées à partir des App Stores dédiés.

J’ai rétabli ma sauvegarde sur le Mac, toujours via le Terminal, et j’ai attendu quelques minutes pour laisser le temps à iCloud de faire son travail de mise à jour.

Ulysses relancé sur le Mac m’affiche bien tous mes textes. Ouf ! Ouvert sur l’iPad, je retrouve instantanément tous mes documents synchronisés !

Victoire !

Par acquis de conscience j’ai cherché si je ne trouvais pas de trace ces fameux raccourcis qui font perdre des cheveux à ce cher Jean-Christophe, mais sans succès… Il va devoir encore compter sur une future mise à jour des OS d’Apple… S’il ne l’a pas une nouvelle fois dans l’os !