Comic Sans, Sans Rire ?

comic-sans-rapport

Ah… la police Comic Sans MS, cette risée du web et des chantres de la typographie…

À la seconde ligne d’un d’une « Charte de rédaction d’un rapport de stage » (de 3ème) je lis :

écrire en « times new roman » ou en « comic sans ms » avec des caractères de taille 12

Et je bondis… non pas seulement parce qu’il manque les majuscules aux noms des fontes et que ladite « charte » est écrite en « Comic Sans MS » mais surtout car c’est le début de l’éducation des jeunes à la rédaction, à la typographie, à… leurs futurs outils !

Dans « Comic Sans MS » il y a « Comic » et ce terme, en anglais, se réfère aux bandes dessinées car c’est la première destination de cette police. Un rapport de stage ce n’est pas une BD. Enfin, en général.

Et puis, avec ses lettres chancelantes, ses formes arrondies et l’espacement inégal des caractères, cette fonte n’a absolument aucun sérieux et ne devrait pas dépasser le stade des classes maternelles dans lesquelles on ne rédige pas de rapports de stage. Alors la conseiller pour les premiers rapports d’une longue série, c’est partir d’un mauvais pied qui mène à la retrouver dans les CV, les présentations et affiches qui perdent autant sérieux que crédibilité.

Et puis, je vous rappelle au passage que cette police a été inventée par Monsieur Vincent Connare (si ça n’était pas déjà un signe dès le départ…) qui répète à l’envi que sa création se destinait uniquement aux programmes pour enfants en leur rappelant l’univers de la bande dessinée.

MS et Open Office ?

Dans « Comic Sans MS » il y a aussi « MS » et ce n’est pas ici l’abréviation de « Miss » en anglais mais bien de la société qui a popularisé cette fonte : Microsoft.

Alors, quand dès la première ligne on conseille « Open Office Writer » et que l’éducation nationale essaie par tous les moyens de ne pas utiliser de logiciels de la marque, je ne peux que trouver le conseil pour le moins… comic comique.

Sans Comic, plus de points

Mes professeurs notaient l’orthographe, la propreté, la présentation alors même que peu d’entre nous avaient un ordinateur. Lors d’une de mes dernières formations, j’ai appliqué au rapports de mes élèves en webdesign un barème qui blâmait les fautes de goût stylistiques car aujourd’hui, l’ordinateur corrige, l’imprimante est propre et le logiciel met en page. « Comic Sans MS » c’était un point en moins. Sans discussion.

Je compte bien que cette incursion contre la fonte déneige les voies de l’éducation graphique de nos enfants.

OS Dis-Continuité

Chaque mise à jour de système d’exploitation apporte son lot de nouveautés, mais entre en faire la liste, s’en réjouir d’avance et les affronter expérimenter au quotidien, il y a souvent un écart.

Si dans l’ensemble OS X et iOS font encore mieux la paire cette année tant en termes d’ergonomie générale qu’en termes de fonctionnalités, il y a une des ces nouveautés dont j’élimine un peu plus de composants chaque semaine : Continuité.

Plus que jamais trop proches

Continuité, c’est la possibilité de dire « Allo » (que vous ayez du shampoing ou pas) avec votre Mac, envoyer des SMS (que l’autre ait un iPhone ou non), de passer d’iOS à OS X (en ayant la chance que ça marche ou pas), de partager instantanément une connexion ou partager dans les airs en un « drop ». Sur cinq fonctionnalités principales, j’en ai déjà viré trois. L’autre est en sursis. Il n’en restera qu’une.

Allo ? Non mais à l’eau quoi !

Deux iPhone, deux iPad, deux Mac et quand tout le monde s’appaire, c’est la misère… Un iPhone sonne puis le second, les iPad se joignent au choeur avant que les Mac ne chantent en canon. Et quand je décroche, tout le monde se tait, mais après que la conversation ait débuté. Sinon ce n’est pas drôle.
Du coup, j’ai tenté de rationaliser, de cantonner chacun à son usage en formant des couples entre appareils pro et perso. Mais finalement pas mieux.

Décrocher sur un appareil, c’est remplir la liste de notifications d’un autre… d’appels en absence… Aucune synchro.

Déjà en ligne sur un fixe, il n’y a aucun moyen pratique de faire taire ou renvoyer l’appel sur le Mac. Où est la fonction inaugurée par Nokia il y a des années qui cloue le bec à un téléphone en appuyant sur un bouton de volume ? Le Mac sonne, il faut couper TOUT son. Où est la réponse brève par message inaugurée par iOS 6 ? Il faut accepter ou rejeter l’appel.

Première fonction de Continuité enterrée à la pelle l’appel.

Plus que jamais votre message passe par où il veut

iPhone ou pas, iMessage ou SMS, avec Yosemite la messagerie texte devrait finir par enterrer les messageries instantanées historiques. Mais pour le moment, les SMS restent à la porte.

Avec le transfert de SMS activé, les messages sont soit bleus, soit verts… et même si les deux correspondants sont bien au chaud dans un bureau avec ADSL, WiFi, et 3G. On ne sait pas qui décide, mais les routes changent sans raison. Je suis vert que mes iMessages ne soient pas bleus.

Daltonien ou pas, ça pourrait passer. Mais dès qu’on parle de synchro des historiques… 3 à 4 appareils, dans la même pièce, sur le même réseau, allumés et les conversations deviennent un puzzle aussi coloré qu’incohérent car chacun ordonne les messages comme il l’entend. Encore le nuage iCloud qui ne sait que cacher le soleil ?

Bref, le transfert de SMS est presque à l’arrêt. Si vous n’avez pas un iPhone mes réponses seront aussi courtes que mes messages peu nombreux. La faute à Apple.

Le relais sans les mains mais avec le bâton, pour se faire battre

Je l’ai vue, je l’ai voulue, je n’en veux plus. Handoff me permet de continuer un travail d’un terminal sur un autre. WOUAHOU. Et si ça marchait vraiment ?

Oui ok, pour un SMS. Pour un onglet de Safari. Et sinon ? Sinon, faut être patient, pas trop gourmand et aimer se faire planter par l’un ou l’autre parce que le fichier se perd (encore) dans le(s) nuage(s).

Toujours activé, je regarde avec un sourire moqueur le Dock recevoir la notification d’une application de l’iPad. Parfois je tente ma chance. Je perds. Plus souvent qu’au loto. Handoff, en rajoutant un « s », ça ne veut pas dire « pas touche » ?

« Air » DropBox

Wi-Fi ou Bluetooth. Wi-Fi + Bluetooth ? Le bon terminal compatible ? AirDrop, c’est un peu le précurseur d’Handoff au niveau des fonctions moisies.
J’ai dû y croiser une fois, par hasard, un de mes appareils. Guère plus. Et de mémoire ça avait planté. J’ai encore essayé récemment, l’iPhone ne trouve pas l’iMac (dernières générations, dernières mises à jour, tout activé).

Rien ne reste plus fiable que DropBox ou un bon vieil envoi par (i)Message.

À la fin il n’en reste qu’un

Instant hotspot. « Et hop. Vous voilà en ligne. » La promesse est tenue. Rien d’autre à dire.

Ah si, pourquoi ne pas l’avoir fait avant ?

Si proches, si loins

Au final de bonnes idées bien mal menées qui finissent au placard en attendant une énième mise à jour correctrice… mais comme cela marche « à peu près » il devrait falloir attendre jusqu’à la prochaine mise à jour majeure… iOS 9 et OS X-Y-W ?

Commandos en carton

v-commandos

Comme je l’illustre en ce moment avec la série « MacPlus Week-end » les jeux de société peuvent trouver une alternative numérique de qualité mais… l’inverse est rare…

Triton Noir se lance dans la création du jeu de société « V-Commandos » portage assez net des jeux de la série « Commandos ».

Pionnier des jeux d’infiltration, Commandos est sans aucun doute le jeu auquel j’ai le plus joué, toutes plateformes confondues et les détails de ce projet Kickstarter mettent l’eau à la bouche !

bf5e8fd53e5499e4697cf85291230ce8_large

Les dessins sont splendides, la mécanique de jeu est très bien pensée et les éléments très nombreux, non sans rappeler le jeu PC original aux plus nostalgiques. Sans compter les extensions qui apportent de nouveaux éléments de jeu ainsi que de nouveaux objectifs !

Si vous êtes joueur, vous pouvez même télécharger le kit de démo à imprimer pour y goûter !

Si vous aimez, soutenez le projet à partir de 8 euros… il reste un mois seulement ! En tout cas, « je V-Commander ce jeu » !

Grrr… Voilà que maintenant j’ai envie de fouiller mes cartons pour tenter de réinstaller Commandos sur mon Mac…

Source : l’indispensable Philibert

Les chiffres dans ta g…

L’Internet regorge d’infographies en tout genre qui démontrent par l’image et les chiffres l’évolution de tel ou tel marché. Trop souvent réalisées par des sociétés en mal de notoriété et donc rarement neutres…

Mais quand c’est la télé (française qui plus est !) qui s’y met, cela donne un sacré coup de jeune au modèle avec l’apport de la vidéo et des animations léchées.

L’émission s’appelle « Data Gueule » et on la retrouve sous la forme d’une chaîne YouTube à suivre sans modération.

Un ton un brin impertinent, des sujets d’actualité traités avec nombre de données et un tour légèrement polémique mais… j’adore.

data-gueule-foot

Monsanto, le cannabis, Amazon ou encore le piratage, l’eau dans le gaz, … autant de thèmes à découvrir sans modération pour comprendre pourquoi notre monde ne devrait plus tarder à se foutre sur la gueule.

À regarder aussi bien pour la qualité de l’infographie que pour le contenu qui donne vite envie d’en savoir plus !

Tiens, pour la route, le dernier en date sur les « Big data ».