SNCF, les amendes peu honorables

À la manière du loto, la SNCF s’amuse à placarder des affiches avec écrit « ici un perdant à 375€ ». Cette campagne prépare les voyageurs à la toute prochaine augmentation du montant des amendes et… de manière détournée aux critiques sur la rentabilité du TGV ?!

fraude-sncf

Sans compassion

Si les amendes subissent une énorme inflation, je doute fortement que les conditions d’application soient assouplies au passage…

J’ai beau avoir un abonnement Fréquence en règle à quelques centaines d’euros le semestre, quand les automates pour prendre un billet sont en panne et les guichets blindés par tous les voyageurs qui s’y reportent, si je monte dans le TGV sans billet, non sans avoir prévenu le contrôleur avant de m’installer, l’amende est appliquée. Plein pot.
Peu importe que la pochette de mon coupon Fréquence soit pleine d’anciens billets ou que je tente d’apporter la preuve par une photo des automates en panne, le contrôleur se fait un plaisir de majorer le tarif comme si j’étais un véritable fraudeur.

La SNCF répondra que le contrôleur ne fait que respecter les directives de son management, alors j’aimerais bien que la dame (du chemin) de fer m’explique pourquoi la semaine dernière un voyageur s’est fait offrir le trajet sur le bel argument qu’il « faisait le même boulot que le contrôleur » en présentant une carte de fonctionnaire de police et s’excusant platement de ne pas avoir eu le temps de faire un arrêt aux guichets…

Pour ma part, j’ai même eu le droit l’année dernière au moment de demander au contrôleur d’être clément (ne pas appliquer de majoration) que « les jeunes comme vous on les connaît ». Ah bon ? Des « jeunes » comme moi (c’est flatteur quand même) qui paient un abonnement à 600€ (en cours de validité au moment du contrôle) et lâchent près de 7000€ par an en billets de train ?

Une fois seulement sur 7 à 8 trajets où j’ai dû embarquer sans avoir le temps de prendre un billet, la contrôleuse a eu la gentillesse de ne pas appliquer de majoration.
Preuve s’il en est que la mise en oeuvre des consignes n’a rien d’obligatoire et se fait à la tête du client. La mienne ne doit pas leur revenir…

Compenser les manques

Je n’ai rien contre le fait que les fraudeurs soient punis. Bien au contraire. Ils empêchent toute entreprise de se développer. Mais plutôt que d’augmenter bêtement les amendes, ne serait-il déjà pas plus simple de faire le boulot de contrôle ?
Aujourd’hui, j’en suis à mon 23ème trajet de TGV sans avoir été contrôlé. Paris, Lyon, Avignon, Marseille… Je ne suis pas passé une fois ou deux à travers les mailles du filet, mais VINGT-TROIS FOIS. Sans me planquer dans les toilettes. Installé à ma place. Découvrant à l’occasion la joyeuse bande de contrôleurs en train de faire un tarot au bar (actuellement en grève) du TGV.

Donc la SNCF veut faire payer plus cher les mauvais comportements plutôt que de faire en sorte que ses employés fassent leur boulot ? Classe. Les fraudeurs financeront donc de nouveaux jeux de tarot aux contrôleurs.

Plus cher pour moins ?

Cela fait maintenant 6 ans que je prends le TGV au minimum une fois par semaine et que je vois les tarifs augmenter et la politique répressive se durcir, mais pour quel bénéfice pour l’usager ?

En tant que « Grand Voyageur Plus » et abonné Fréquence, nos avantages sont chaque année rognés un peu plus, à un rythme plus élevé que les tarifs n’augmentent.
Sans parler d’avantages pour les voyageurs, les services se dégradent à vitesse grand V avec par exemple la « garantie ponctualité » qui se fait un malin plaisir de renier ses engagements.

Par deux fois l’année dernière j’ai été accueilli en gare par des agents SNCF qui nous remettaient des enveloppes de remboursement car le train était en retard. Pas qu’un peu. Une heure et trois heures. Ces agents ne sortent de leur planque pour distribuer les formulaires de remboursement que quand le train accuse un retard qui met en jeu la garantie de ponctualité (plus de 30 minutes de retard).
Quelques semaines plus tard je reçois un courrier me répondant que « la garantie n’est pas applicable est à ce voyage ». Ah bon ? Essayez de portez réclamation par téléphone et vous découvrirez ce que c’est que de se foutre de la gueule du client. La SNCF est maîtresse en la matière.

Dernier exemple en date : samedi dernier, changement à Avignon. Le TGV est annoncé en retard car « coincé », avec un autre, derrière un premier TGV qui a subi des problèmes de signalisation. Comme un TGV n’en double pas un autre, j’ai presque une heure de retard ayant tout le loisir de danser sur le pont d’Avignon en entendant la voix annoncer que « ce retard étant imputable à la SNCF, la garantie ponctualité s’appliquerait ».
Arrivé à Marseille, dans le 3ème TGV de la file (donc pas celui responsable du retard), l’autre voix nous annonce que la garantie ponctualité ne concerne pas ce train. Tout autant en retard.

J’aimerais qu’on m’explique comment les trains qui suivent un train en retard « par la faute de la SNCF » ne peuvent pas être en retard autrement que par la faute de la SNCF !!!

Dégradation constante

Pendant ce temps les TGV accusent leur âge et sont tout juste propres, ce qui est inadmissible au regard des prix pratiqués. La SNCF a bien embauché des agents d’entretien qui passent dans les couloirs durant tout le voyage pour faire un « brin de ménage » pendant le trajet, mais ce n’est rien d’autre qu’un cache-misère.
En effet, aussi efficaces soient-ils pour polir l’inox des robinets, ils ne réparent pas les moquettes usées jusqu’à la corde, les fauteuils à la mousse affaissée (quand elle n’a pas été dépiautée par un voyageur indélicat), les lumières ou stores cassés.

Quand je mesure les progrès qu’ont fait les rames de métro parisiennes, ça fait mal de voir la majorité des TGV que je prends dans un tel état. Des trajets à 60 euros minimum l’aller-retour, à peine moins chers que de prendre l’autoroute pour un seul bénéfice : la rapidité.

Je pense que la situation n’est pas prête de s’arranger car la SNCF met les moyens pour déployer le haut-débit dans les TGV alors qu’on n’a même pas de prises électriques dans la plupart des trains ! Génial, je vais pouvoir surfer sur le web pendant le voyage et arriver à destination avec une batterie à plat après quelques heures dans des trains en mauvais état.

Et sinon, y a un moment où vous allez arrêter de nous prendre pour des vaches à lait ? À quand les pubs pour vanter les progrès en matière d’équipements et démontrer une véritable envie d’améliorer la situation ?

En attendant, tout ce que je peux ne pas payer à la SNCF, je le donne à Capitaine Train

3 commentaires

  1. urbanbike   •  

    Seulement 7000 € par an, c’est pour ça…! Faut passer le cap des 10000 € pour être respecté, jeune gauchiste sans carte vermeil…! Non mais…!

    • Benoît   •     Auteur

      Je te dirai ça bientôt car pour cette année, les 10000€ seront dépassés sans problème à ce rythme !

  2. Tedeveaux   •  

    Tout cela se confirme et s’aggrave de jour en jours… Les vaches à lait sont bien traies et les groupes de « sauvageons » soigneusement évités (même fonctionnement que la maréchaussée d’ailleurs).
    Des cartes d’abonnement fréquence vendues à prix d’or qui vous garantissent 50% de réduction sur des tarifs mais lesquels ? Ils ne sont pas affichés ni même connus !!!
    Je pensais qu’avec l’arrivée des class actions, les asso d’usagers auraient engagés des procédures mais que dalle. A ce demander si elles ne sont pas animées par des agents (secrets) de la sncf ?
    C’est comme l’utilisation du yeld management pour la politique de tarif; elle n’est normalement autorisée qu’en situation de concurrence (comme dans l’aviation) or la sncf n’a pas de concurrent…
    Allez, on se monte une class action ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>