Une journée sans mon Mac

Non, je ne fais pas l’expérience de l’accroc à ses outils du quotidiens qui veut savoir combien de temps il peut tenir loin d’un clavier. Mais à force de prêcher que l’iPad n’est pas une console de jeu ni une superbe décoration pour la table du salon qui ne sert que pour aller sur Internet, il fallait bien tenter une vraie démonstration pratique.

Je ne vais pas me faire l’avocat de Jean-Christophe qui saura mieux que moi vous convaincre que l’iPad n’est pas un jouet mais bien une machine de productivité, mais plutôt vous raconter ma journée où l’iPad a remplacé le MacBook Air pour aller voir mes clients.

Voyager léger

Partir avec un iPad plutôt qu’un ordinateur portable, c’est soulager son dos. La « sacoche informatique » reste au placard, au profit de mon « sac à main spécial iPad » (CaseCrown « Messenger Bag ») dont je vous parlerai un de ces jours (ça fait deux ans que je dis ça…).
Dans ma besace, je glisse : un carnet de notes (je déteste prendre mes notes sur informatique), ma paire de stylos Lamy, une clé USB (au cas où) mes papiers d’identité et… c’est tout !

Pas de chargeur, pas d’adaptateur Ethernet… Autant de poids et de salade de fils de gagnés.

La trousse à outils

Lors de mes rendez-vous clients je n’ai qu’occasionnellement besoin de logiciels spécifiques tels que Photoshop ou InDesign, je sais qu’aujourd’hui je n’en n’aurai pas besoin et que, pour toutes les autres applications, j’ai un équivalent sur l’iPad.

Pour me déplacer, sur mon iPhone, j’ai mes billets et horaires grâce à Capitaine Train, l’info trafic (ferroviaire) via SNCF Direct, et mes trajets en fin de course avec RATP, Google Maps et Uber.
Si je dois faire une modification urgente sur un site Internet, j’ai Transmit, Koder et iSSH. Si je dois consulter des documents, j’ai au minimum Microsoft Office et GoodReader qui seront suffisants pour tout ouvrir ou presque.
Pour le reste, j’ai Mail, iMessage et Skype pour communiquer, Things et le calendrier pour m’organiser et DropBox pour récupérer des documents.

L’iPhone partagera la 4G avec l’iPad si le client n’a pas de WiFi. Autre chose ?

Et dans la réalité ?

Durant cette journée, je suis intervenu sur du code pour corriger un bug (avec Koder), j’ai lu et annoté des documents (PDF, Word et PowerPoint) avec GoodReader et Office et même écrit mes articles pour MacPlus dans ByWord.

Au moment de transférer des documents trop lourds pour être envoyés par email, j’ai éludé la question de la clé USB par un simple envoi via DropBox. Découverte intéressante pour le client et solution pratique pour lire les documents dans le TGV du retour.

Pas de retouches « en live » des flyers réalisés sous InDesign, reportées sine die sans que cela ne porte à conséquence pour le client. Au contraire, cela permet de se concentrer sur l’essentiel du rendez-vous et de travailler confortablement sur le Mac de retour au bureau.

Le seul « gros » défaut de l’iPad est son manque de multitâche rapide et pratique pour passer d’une app à une autre. Quand on est habitué à tout faire au clavier à base de « Alt+Tab » et de raccourcis clavier, la productivité en prend un coup. Dans la même veine, même si le clavier tactile est grand et agréable (sur un iPad Air 2), je suis encore incapable de taper aussi vite qu’avec un véritable clavier physique.

À refaire !

Je ne prenais pas beaucoup de risques, connaissant « mes besoins limités » pour cette journée. J’ai donc pu voyager plus léger sans que rien ne manque, sans avoir à me soucier de l’autonomie de la « machine ».

Ce qui m’aura le plus manqué, c’est de penser à embarquer avec moi un parapluie ! Mais pour ça il aurait fallu que je songe à lancer Weather Pro avant de quitter le soleil de Touraine pour la grisaille parisienne !

On peut donc bien se passer d’embarquer son « matériel informatique » et voyager plus léger avec juste un iPad dans le sac et un iPhone dans la poche ! La prochaine fois, j’alourdirai mon sac d’une batterie externe pour mes appareils car l’iPhone se vide assez vite avec le partage de connexion en 4G (heureusement, j’en ai toujours deux sur moi…).

2 commentaires

  1. Jimmy   •  

    Merci pour ce retour d’utilisation très instructif ! Pour faciliter la saisie, peut-être une coque avec clavier serait pratique ?

    • Benoît   •     Auteur

      Oui, effectivement, c’est peut-être la solution. Il va falloir que j’en teste de nouvelles car les premiers essais étaient moins concluants que le clavier Bluetooth Apple…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>