Logiciels : plus rien ne nous appartient !

word-excel-ipad

— Tiens, Pages (ou une autre alternative) n’ouvre pas bien ce document client (au format Word) que je dois lui renvoyer modifié !

Word pour iPad se lance, et affiche rapidement ceci :

Lecture seule. Pour créer et modifier, activez à l’aide d’un abonnement Office 365 éligible.

— 99 € ? Sérieux ? Mais non ! Et je peux même pas verser une obole pour une utilisation occasionnelle ?

Payer moins, mais toujours

Les éditeurs de logiciels (Adobe en tête) n’ont même pas commencé fini la transition du logiciel sur support physique vers le dématérialisé qu’ils sautent déjà dans le train suivant : la location de logiciels.

La promesse est alléchante (disposer de logiciels toujours à jour). Mais le tarif refroidit souvent.

Pour un professionnel ?

Pour un professionnel et pour ses outils de travail quotidiens, l’offre s’avère attractive. Au lancement du Creative Cloud, j’avais calculé que l’abonnement était plus rentable que de continuer à renouveler ma Creative Suite tous les 18 à 24 mois. Sans compter que dans le cadre de l’abonnement, j’ai le droit à TOUS les logiciels de TOUTES les anciennes suites. Pas indispensable, mais pas inintéressant non plus.

Pour une utilisation occasionnelle ?

Si je prends le cas d’Office qui me met en pétard dès le réveil, c’est bien parce que ce logiciel va me manquer ou m’obliger à m’abonner alors que je n’en veux pas.

Je n’ai jamais aimé la suite Office, trop lourde pour mes besoins, mais dans mon activité professionnelle, elle s’avère indispensable. Par moments.
Un tableau Excel bourré de macros ou de formules, un document Word empli de révisions ou une mauvaise présentation PowerPoint m’obligent à lancer Office pour Mac, en l’absence d’alternatives aussi fiables que crédibles.
Une fois par mois. Deux. Guère plus.

Alors je n’achète pas Office à chaque nouvelle version. J’en suis encore à Office:Mac 2008. Et cela me suffit. Mais bientôt, ce logiciel qui a dépassé la demi-décennie ne tournera plus sur mon OS X (mis à jour gratuitement, sans abonnement).

Je n’aurai d’autre choix que de m’abonner. Mais je ne veux pas.

Pour le moment Microsoft n’a pas fait d’annonce aussi radicale qu’Adobe sur l’avenir des supports physiques, mais la direction prise par le (très joli) Office pour iPad ne laisse que peu de doutes…

Pour un particulier ?

L’amateur éclairé qui maîtrise Photoshop pour son usage personnel et l’achète aussi régulièrement que possible (à un prix peu adapté à son usage réel) se retrouve désormais obligé de se tourner vers des alternatives auxquelles il n’est pas habitué ou de payer un abonnement fort cher.

Je ne suis pas objectif mais j’estime qu’il y a d’excellentes alternatives à Office (pour un usage personnel) qui justifient d’autant moins de payer 100 euros par an, soit le prix d’une « version boîte » a durée illimitée moins limitée !

Mieux verrouiller l’utilisateur

Si la location est plus intéressante pour les éditeurs c’est car :

  • ils s’affranchissent à la fois des coûts de distribution de supports physiques
  • ils évitent un peu mieux les affres du piratage
  • ils ne sont plus « obligés » de brader fortement leurs logiciels (la faute aux App Stores qui ont mis un méchant coup aux prix du marché)

De la même manière que le monopole de certains dans leurs domaines respectifs (Adobe, Microsoft, etc) « empêche » le changement, l’abonnement verrouille un peu plus l’utilisateur… et ses documents ! Ah oui, parce que je n’ai pas précisé qu’on ne choisit pas son service de « Cloud » dans ce monde « ouvert » !

office365-ipad

Payer à l’utilisation

Et si la solution venait de la location « à l’acte » ? Comme quand je prends un Velib, je loue l’outil et paie en regard de mon utilisation. Sous forme d’achats in-app, j’achète des crédits comme pour les banques d’images dans un volume conforme à mon estimation de besoins.

Je veux utiliser le logiciel que je veux, quand je le veux

Avec ou sans connexion internet.

Je suis prêt à payer. PAS À M’ENGAGER.

NB : Sur la location Office 365, précisions utiles de David !

5 commentaires

  1. ykastell   •  

    sinon, logiciel libre, gratuit, tu ne mets à jour que si tu le décide / Libre office est parfait pour traitement de texte, tableur, The gimp peut facilement remplacer photoshop, en s’impliquant dans la communauté on peut influencer les développements, les formats de fichiers sont libres et documentés.

    Mais bien sûr ne pas payer ça inquiète toujours ceux qui peuvent s’acheter un Mac deux fois le prix et puis c’est pas glamour

    • bpepermans   •     Auteur

      J’avoue que je l’attendais celui-là ! Le libre c’est trop génial, trop productif, etc.

      Je n’aime pas payer pour le plaisir, j’utilise pas mal de logiciels soit gratuits soit peu chers, des alternatives à de « gros outils du marché » mais de là à envisager le libre, dans un environnement travail c’est compliqué.

      La compatibilité avec mes interlocuteurs est primordiale et ne peut, malheureusement, pas être suffisamment bien assurée par ces alternatives ! Ce qui n’enlève rien au qualités de ces logiciels libres, et j’ai un profond respect pour la communauté qui les fait vivre.

      Mais à un certain moment, faut savoir si on veut passer plus de temps chez un garagiste ou la tête dans les manuels qu’au volant de sa voiture.

  2. David Bosman   •  

    Tu ne m’en voudras pas que je renvoie tes lecteurs vers mon petit billet, pour quelques précisions sur l’abonnement (et l’utilisation de OneDrive ou des alternatives) ;)

  3. Victor   •  

    Je cite :
    « … j’avais calculé que l’abonnement était plus rentable que de continuer à renouveler ma Creative Suite tous les 18 à 24 mois. »
    Ben non.
    Je me permets de signaler sur Alpha-numérique.fr l’excellent article de Patrick Moll : « Décryptage des tarifs du Creative Cloud d’Adobe » qui explique tout ça beaucoup mieux que je ne le ferais. Si je me souviens bien, dans tous les cas de figure, au bout de trois ans on paye toujours plus cher !
    Donc : Trop Cher. Pour tout le monde. Même pour ceux comme moi qui bossent avec.
    Et à mon avis les soi-disant « avantages »… c’est du pipeau pour faire avaler la pilule.
    La liberté des utilisateurs ils s’en foutent complètement. Seul comptent les $.
    Pour finir, et je râle bien fort : je ne veux pas être abonné, à rien du tout, ni dépendre de quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>