Retirer un avis pour quelques euros, suis-je un vendu ?

Il y a quelques semaines, au plus « froid » de l’hiver, surtout refroidi par les micro-coupures incessantes d’EDF, je me suis décidé à racheter un onduleur (l’autre ayant grillé, le comble !).

Dans la pratique, un onduleur fait partie de l’équipement de base de toute personne qui travaille principalement sur informatique, à la fois pour le confort (pas de pertes de données ou de long redémarrage et la machine) et les finances (protéger pour environ 200 € une ou plusieurs machines dont le coût total est souvent 10 à 20 fois supérieur).

Bref, ce petit rappel fait, j’en viens au sujet de cet article.

J’ai donc commandé, par le biais d’Amazon, un nouvel onduleur dont la vente et livraison étaient assurées par un tiers (principe du « marketplace »). Presque 5 étoiles et des tonnes de commentaires élogieux.

En stock. Livré sous 24/48H.

Dans la journée suivant ma commande je reçois un email du vendeur m’enjoignant à l’appeler car finalement le produit n’était plus en stock et que ma commande devrait être modifiée.
Dont acte. Au téléphone (appel à mes frais), le commercial finit par revenir sur l’information précédente et m’indique qu’il pourra me livrer mon onduleur avec un ou deux jours de retard. Soit, ce n’est pas non plus un gros retard.

Dans les faits, le produit m’est arrivé au bout de 72H.

Comme c’est la procédure chez Amazon, on m’a invité à donner mon avis sous le forme d’étoiles et d’un commentaire (obligatoire). J’ai donné 4 étoiles sur 5, en regard des délais et du contact commercial et expliqué clairement mais gentiment l’erreur de stock et ses légères conséquences. Sans jamais m’en prendre méchamment au vendeur. Il n’y avait pas lieu.

15 minutes plus tard un email de la part du vendeur :

Suite à votre retard de livraison, pourrions-nous vous proposer un geste commercial ?

Ce à quoi je réponds, m’attendant à un classique « bon de réduction » que je risque de ne jamais utiliser, que je n’ai pas d’autre achat prévu chez eux.

Au final on me propose un remboursement direct qui équivaut à 10% du prix du produit (déjà nettement moins cher que partout ailleurs) et, si je le veux bien, de retirer ma critique (pas franchement négative).

J’avoue avoir hésité quelques minutes. J’ai reçu la confirmation du remboursement avant même d’avoir supprimé mon avis (ce n’était pas une condition au geste commercial).

Alors oui, j’ai retiré mon avis. Parce que le litige était tellement mineur que je ne me suis pas considéré par « acheté » par le vendeur du produit.

Mais si au final, si je cède pour quelques euros et que nous faisons tous pareil, est-ce que cela ne pervertit pas un peu le système ? Surtout lorsque les avis sont bien plus tranchés et négatifs…

Un commentaire

  1. Joneskind   •  

    C’est une question intéressante.

    Pour répondre il faudrait d’abord savoir c’est une habitude du vendeur ou vraiment un cas isolé.

    Si vraiment ce genre de désagréments est rarissime et que l’impact de votre critique négative est très supérieur à la faute commise, alors on peut dire que ce *rachat de critique* est acceptable.

    Si ce genre de désagrément est plus fréquent et que la critique est réellement méritée, alors on doit considérer qu’il y a tromperie.

    Je trouve toutefois que cette pratique révèle quelque chose de malsain. Quelque chose qui relève de la psychologie de la société. Il est question *du droit à l’erreur*.

    Au fond, votre critique devait être sans conséquence ou presque, mais elle était le reflet d’une vérité. Vérité que vous avez délibérement choisi de cacher afin d’éviter à une société d’assumer une partie de ses erreurs.

    Masquez les petites imperfections, Photoshop entre dans la vie courante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>