Autonomie : une journée de travail avec iOS 7

A chaque nouvelle version d’un OS, quel qu’en soit l’éditeur, les tests se penchent presque naturellement en priorité sur la question de l’autonomie : le smartphone, la tablette ou l’ordinateur portable vont ils pâtir des avancées techniques de leur système d’exploitation ?

À peine quelques heures ou quelques jours après les tests tombent : "autonomie en berne". La rengaine revient invariablement. Rapidement suivie d’un article listant toutes les petites options à modifier pour grappiller quelques minutes de "jeu". Mais comment en si peu de temps peut-on donner un avis fiable ? Depuis quand un "jouet" ne s’use-t-il pas plus vite que lors de ses premiers jours ?!

Chaque fois que j’ai acheté un nouvel iPhone ou tout autre iDevice, j’ai vu ma première semaine d’utilisation "gâchée" par ce nouvel outil qui ne tient pas la journée, voire la demi-journée ! Et puis, comme par magie, les jours suivants je découvre qu’il résiste de plus en plus…

Magie, magie ?

Et non, ce n’est pas magique. A la maison, quand les enfants déballent leurs cadeaux, ceux-ci sont utilisés, usés sous tous les angles, dans toutes les positions, avant de rejoindre leur prédécesseurs dans l’obscurité d’un placard quelques jours ou semaines plus tard.
Et bien, avec mon iPhone 5, l’année dernière, ce fut la même expérience : j’ai râlé, à moitié regretté mon 4S, envisagé de m’en débarrasser avant que la magie n’opère. Comme s’il savait que s’il ne devenait pas vite sobre, il finirait avec les jouets des enfants. Et ce fut pareil en passant de l’iPad à l’iPad 2 et toutes les itérations d’iOS.

Cette année, point de nouvel iPhone (c’est Madame qui hérite d’un 5S), mais un nouvel OS. Un vrai changement cosmétique et ergonomique largement aussi déroutant que rafraîchissant par rapport aux précédentes versions. Même constat : mes premiers jours m’ont vidé la batterie à grande vitesse. Évidemment il me fallait faire le tour complet du nouveau locataire, essayer les moindres raffinements, chercher les fonctions qui se sont cachées, etc… Et puis…

Retour à la réalité

Fini de jouer.

Ma balade parisienne aujourd’hui m’a permis de tester iOS 7 en conditions réelles. Parti avec mes iPhone 4S et 5 chargés à bloc, je n’ai rien changé à mes habitudes : Twitter avec la 3G intermittente du TGV, Reeder, Pocket, SNCF Direct, emails par dizaines, messages et iMessages par centaines, partage de connexion avec mon MacBook Air et une vingtaine d’appels…

Le marathon se termine, il est 18h50, dans le TGV qui me ramène à la maison le 4S (le moins sollicité) a encore 43% de batterie et le 5 affiche 29%. Mon iPad (avec 3G) arbore fièrement un 86% de batterie car il n’a servi qu’à rédiger que quelques emails et cet article !

Bilan : il me reste encore largement de quoi gérer mes dernières urgences, appeler le traiteur japonais pour ramener le dîner et appeler mes proches sur le retour. Une journée normale. Sous iOS 7.

Alors non, je n’ai aucune astuce à donner pour améliorer l’autonomie car je n’ai rien désactivé des nouveautés d’iOS 7 ni rien changé à mes habitudes et je finis la journée bien plus vidé que les batteries qui m’ont accompagné !

Avec le recul, si je fais le point sur toutes les versions d’iPhone ou d’iOS qui me sont passées entre les mains (absolument toutes en fait), l’autonomie globale reste d’une grosse journée de travail. Je n’ai jamais vraiment perdu par rapport à ça, ni ne suis rentré chez moi sans téléphone, et c’est tout ce qui compte au final. Je ne peux espérer avoir un smartphone à grand écran, connecté à Internet en permanence, à la finesse inégalée et espérer le voir résister autant que mes vieux Nokia qui ne servaient qu’à… téléphoner !!!

Disons que c’est le compromis de la modernité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>