Quand le jeu vidéo cultive la désocialisation

ps3

L’idée de ce billet date un peu mais depuis rien n’a changé et les choses ne devraient pas évoluer “dans le bon sens” bien au contraire…

Depuis mon passage à la PlayStation 3, à chaque sortie d’un jeu issu d’une licence sur laquelle j’ai fait mes armes sur PlayStation 2 ou XBox (première du nom), la disparition du multijoueur “à la maison” ou “en local” me fait grincer des dents.

Plus de puissance, moins de joueurs

Qui n’a pas passé des soirées sur des courses de voitures ou des matches de foot à plusieurs autour d’un écran de télé minuscule parfois même divisé en 2 ou 4 ? Des compétitions endiablées assaisonnées d’invectives directes parfois autant humiliantes que motivantes faisant le charme de ces moments…

L’arrivée sur le marché de consoles HD gavées de puissance ne laissait pas penser une seconde que leur connexion à Internet sonnerait le glas de ces soirées animées… D’autant que les écrans LCD, Plasma géants et autres vidéo-projecteurs offraient enfin de la visibilité lors des parties à écran partagé.

Des exemples à la pelle

Le premier exemple qui m’a grandement déçu : “Burnout Paradise”.
L’excuse que j’ai immédiatement trouvée aux développeurs était de possibles problèmes de performances avec le jeu en HD et deux sessions à afficher simultanément, pour un titre sorti assez vite après le lancement de la console. Pourtant, c’était sans compter la sortie ultérieure de “”MotorStorm” acceptant 4 joueurs aux manettes sans faire de compromis sur la qualité graphique et mettant du même coup sérieusement à mal ma théorie…

Puis “Race Driver : Grid” n’a pas échappé à cette nouvelle règle, offrant une superbe simulation de course à ne partager qu’à distance.

Naïvement, je nourrissais de nouveaux espoirs dans l’attente de la sortie du dernier opus de Need for Speed “Hot Pursuit” l’année dernière… Attentes à nouveau déçues : finies les traques entre la police et les chauffards affalés dans un même canapé. L’omniprésence du mode Autolog (connexion à Internet) apporte une solution à cette limitation à un seul joueur sur par écran / console.

Mais, pendant ce temps les millésimes de FIFA continuent de sortir avec des graphismes toujours plus détaillés, une intelligence artificielle toujours plus douée, sans pour autant sacrifier au multijoueur, en acceptant jusqu’à 8 manettes…

Les raisons de la colère

Alors pourquoi ? Si ce n’est pas la technique qui impose ces limitations, c’est le marketing ? Il est évidemment plus rentable de vendre deux consoles à 250 euros et deux jeux à 70 euros qu’un seul pack ! Sans compter les nombreuses améliorations à télécharger à prix d’or…

Il faut croire que le ridicule ne tue pas les “marketeux” car ils en arrivent à faire en sorte que quand un jeu (tous ?) sort sur plusieurs plateformes, il nous est imposé de ne jouer qu’avec ceux qui auront acquis la même console. Faites une croix sur l’envie de jouer avec votre PS3 contre un “voisin” fidèle à la concurrence…

Et ici, le problème n’est pas technique, il s’agit de vendre des abonnements au jeu en ligne et de faire en sorte que les férus de jeux vidéo achètent plusieurs consoles !

Et si demain tous n’étaient pas égaux devant les jeux PC/Mac en fonction de leur configuration ?! Impensable. Mais le monde du jeu sur console obéit à d’obscurs codes dont seul le portefeuille semble être la clé.

Adieu la convivialité

A l’heure où les médias prennent un malin plaisir à tirer à boulet rouges sur les jeux vidéos, tant pour la violence que pour le côté “autiste” des joueurs devant leur écran, il serait temps de s’en prendre à ceux qui ont tué le concept des parties conviviales. De vraies rencontres à la maison entre potes est toujours un début de “resocialiasation”…

Et je vous assure que jouer au jardin, à quatre, à un FIFA projeté sur 9 mètres de diagonale, autour de chips et boissons, c’est bien plus sympa que chacun dans son salon, parfois juste séparés de quelques centaines de mètres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>