[Film] Le flingueur

le-flingueur

Un flingueur tueur spécialisé dans le « crime déguisé en accident » en vient à devoir éliminer son mentor et prendre le fils de ce dernier sous son aile pour canaliser sa soif de vengeance. Et comme dit à plusieurs reprises : « Victory loves preparation » !

Victory Loves Preparation ? Movies need scenario !

Finalement, tout est dans le titre : flingueur de méchants et flingueur de moral (à l’idée que l’on puisse encore financer des films aussi pourris). Comment ne pas craquer devant un scénario aussi épais qu’une feuille de papier à cigarette accouchant d’un film long comme un jour sans pain ?

Crac. Boum. Tue.

Depuis que Jason Statham est entré dans le cercle des productions EuropaCorp (le Jerry Bruckheimer franco-européen) on sait vite à quoi s’attendre : de la baston et des explosions. Dans « Le flingueur », il perd deux ingrédients de la recette EuropaCorp : les jolies filles et les belles voitures. Non, pas que cela eut élevé scénario à un niveau acceptable mais cela aurait pu égayer les scènes abominablement banales.

Jusque dans les derniers « rebondissements » tout reste prévisible, sans surprise. La citation déclamée en latin (« Amat Victoria Curam ») et en anglais (« Victory… ») à la dixième minute résume tellement bien le film que j’aurais pu m’épargner 93 minutes d’ennui… mortel.

Jasons sans état d’âme

Jason Statham est bien mieux taillé pour ses rôles de « gentille brute épaisse » dans les productions britanniques de Guy Ritchie (« Arnaques, crimes et botanique« , « Snatch« , « Revolver« ) ou dans des « hold-up glamour » (« Braquage à l’italienne« , « Braquage à l’anglaise ») que pour ses rôles de gros méchant sans peur et, au final, plein de reproches.

La vengeance est un plat qui se mange froid

Je n’aime pas manger froid et désormais je m’y reprendrai à deux fois avant de plonger dans un film étiqueté « vengeance ».
Pour la peine aucun lien vers le film en boutique, mais plutôt un coffret « so british » regroupant les meilleures apparitions du Transporteur avant d’embaucher au volant de son Audi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>