Won’t get fooled again !

Un dimanche parfois un peu pauvre en films ou séries et plein de rangement à faire, je me laisse aller à parcourir les différentes bases de « catch-up TV » et, entre toutes les déclinaisons de NCIS ou des Experts, je finis assez trop souvent sur la clique d’Horacio Caine (Les Experts : Miami).

Ce spin-off des Experts : Las Vegas (l’original) est toujours un ovni (objet visuellement non intéressant) pour moi tant il a été écarté des « codes » établis par Les Experts Las Vegas et Manhattan :

  • Des plans « a la playa » surchargés de filtres rendant le ciel marron dégradé vers le blanc
  • Des équipements technologiques délirants (écrans transparents, bidules digne d’un Steve Jobs sous amphétamines)
  • Des explications savamment tirées par les cheveux, scientifiquement improbable (même alcoolisé et avec beaucoup d’imagination à revendre) et récitées difficilement par des acteurs recrutés sur les plages de Miami pour leur plastique (Miami bitches ?)
  • Le Hummer bling-bling pas tout à fait en phase avec les moyens de la police américaine
  • Et… Horacio Caine. Sa paire de lunettes toujours dans les mains l’obligeant à froncer les yeux comme un Sharpei (oui, parce que filtres ou pas sur la caméra, il y a du soleil dans le quartier). La tête qui penche vers la droite pour donner un peu de volume à sa mèche parce que ce n’est pas le poids de l’hémisphère droit du cerveau (siège du langage) qui doit l’embarrasser, vue son élocution p-a-r-t-i-c-u-l-i-è-r-e-m-e-n-t… laaaaa-booo-rieuse ! Et son petit signe de tête compatissant ressorti toutes les dix minutes pour nous assurer que, non, David Caruso ne s’est pas endormi devant la caméra. Il vit. A son rythme. Electrocardiogramme quasi-plat.

Pourquoi la précision diabolique des autres Experts a-t-elle disparu ? Pourquoi une telle surenchère du n’importe quoi ? Cette déclinaison de la franchise aurait largement mérité de ne pas être labellisée « Les Experts »…

Bref, comme le dit le titre des Who qui forme le générique : « Won’t get fooled again ». Traduit à la sauvage : « on ne m’y reprendra pas » ou « je ne me ferai plus avoir ».

Dont acte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>